NOËL LÉON (1888-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jozef Beck

Jozef Beck
Crédits : Hulton Getty

photographie

Procès de Pétain, 1945

Procès de Pétain, 1945
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie


Né le 28 mars 1888 à Paris, Léon Noël est le fils d'un conseiller d'État. L'influence paternelle est manifeste : après des études de droit qui le conduiront jusqu'au doctorat, Léon Noël est reçu à son tour au Conseil d'État en 1912, à vingt-quatre ans. Auditeur en 1913, il deviendra maître des requêtes en 1924. Mais déjà le virus politique l'a saisi et il fréquente les cabinets ministériels. De 1921 à 1924, il occupe le poste de chef adjoint du cabinet de Maurice Colrat de Montrozier, un député de la gauche républicaine démocratique qui occupe différents postes ministériels, dont celui de garde des Sceaux de Poincaré au temps du Bloc national. Lorsque le Cartel des gauches vient au pouvoir, Léon Noël poursuit sa prometteuse carrière dans les antichambres ministérielles. Il se met au service du général Guillaumat, qui fait un bref passage au ministère de la Guerre dans le cabinet Briand.

Un homme va particulièrement marquer la carrière de Léon Noël : Pierre Laval. Directeur – officieux – du cabinet du président du Conseil et ministre de l'Intérieur en 1931, il est nommé par Laval directeur de la Sûreté générale. Lorsque ce dernier devient président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Léon Noël occupe, cette fois très officiellement, les fonctions de directeur de cabinet. Mais, surtout, Laval oriente sa carrière vers la diplomatie. De 1932 à 1935, Léon Noël assiste en Tchécoslovaquie, comme ministre plénipotentiaire, à la montée du nazisme. En 1935, il revient à Paris comme secrétaire général de la présidence du Conseil de son parent et ami Pierre-Étienne Flandin. C'est ce dernier qui l'envoie en Pologne la même année, comme ambassadeur. Ce n'est plus seulement la montée du nazisme qu'il observe de Varsovie, mais le déferlement inéluctable des périls qui conduiront au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Son sens du devoir et de la démocratie l'oblige à accompagner le [...]

Jozef Beck

Jozef Beck

Photographie

Jozef Beck (1894-1944), ministre polonais des Affaires étrangères depuis 1932 (à gauche), en conversation avec l'ambassadeur français à Varsovie, en 1938, peu avant l'invasion de la Pologne par les Allemands. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « NOËL LÉON - (1888-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-noel/