LE JEUNE STALINE (S. Sebag Montefiore)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le succès mondial de Staline : la cour du Tsar rouge, le journaliste britannique, romancier et présentateur de télévision Simon Sebag Montefiore s'est attaqué à la jeunesse du futur dictateur dans Le Jeune Staline (Calmann-Lévy, Paris, 2008). Dès l'introduction, l'auteur annonce son parti pris de narrer par le menu la « vie intime et secrète » de Staline car, explique-t-il, « les personnalités et le patronage d'une minuscule oligarchie furent l'essence de la politique sous Lénine et sous Staline comme ils l'avaient été sous les Romanov – et comme ils le sont aujourd'hui encore dans la démocratie dirigée de la Russie ».

À partir d'archives inédites ouvertes depuis peu à Tbilissi et à Moscou principalement, Simon Sebag Montefiore donne à lire une histoire intime de l'homme, du politicien et de son milieu. Émerge un tableau saisissant – mais pour partie déjà connu, grâce notamment à la remarquable étude, écrite dans les années 1970, de Robert Tucker, Stalin as Revolutionary – des quarante premières années de Staline, de sa naissance dans la famille d'un pauvre cordonnier de Gori, jusqu'à la prise du pouvoir par les bolcheviks en octobre 1917. Pour l'auteur, Staline apparaît comme un « être exceptionnel » dès sa prime jeunesse. Sur ce point, on ne peut que le suivre. Trotski n'avait rien compris en proclamant, avec mépris, que son principal rival politique n'était qu'un provincial médiocre et gris. À la fois intellectuel, bandit-gangster n'hésitant pas à payer de sa personne, et stratège politique devenu maître dans l'infiltration des services de l'Okhrana, la police politique tsariste (dont il ne fut jamais un agent, démontre Montefiore, mettant définitivement fin à une légende tenace), le jeune Staline avait tout pour se forger un destin hors du commun. Le portrait que brosse l'auteur fait précisément ressortir les multiples facettes du futur dictateur, marqué à la fois par ses origines très modestes, son passage au séminaire, et la violence de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « LE JEUNE STALINE (S. Sebag Montefiore) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-jeune-staline/