LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Les Chants de Maldoror »

Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent la marque des textes où, pour commencer, Lautréamont puisa son inspiration : le Manfred de Byron, le Konrad de Mickiewicz, le Faust de Goethe. De ces figures il gardera surtout l'image d'un héros négatif et satanique, en lutte ouverte contre Dieu. Mais le module qu'il choisit en fin de compte montre son intérêt pour la littérature épique ; de là, la division en strophes de chacun des Chants, à l'exception du sixième et dernier, où la fabrication d'un petit roman d'une vingtaine de pages prend le pas sur le genre jusque-là adopté.

Il est impossible de résumer Les Chants de Maldoror pour la bonne raison qu'aucune intrigue progressive ne s'y peut lire. On a l'impression que dans chaque strophe l'auteur donne libre cours à son imagination farouchement rebelle, à sa fureur ou à sa goguenardise, des sentiments aussi opposés pouvant chez lui faire bon ménage. Maldoror, être surhumain, archange du Mal, lutte sous différentes formes contre le Créateur, souvent ridiculisé (Dieu au bordel), et commet des actes meurtriers où se révèlent son sadisme et son homosexualité. Couramment sont séduits de beaux jeunes gens. Dans la version de 1868, l'une des premières scènes présente un dialogue avec Dazet (dont le nom sera supprimé dans les éditions suivantes), qui nous laisse clairement entendre que, malgré l'irréalité de ce qui est raconté, un substrat biographique nourrit ces pages. Il serait vain de vouloir tout à fait l'effacer, même si l'auteur s'y employa. Attestant le monde épique où se déroulent ces actions extrêmes, les objets et les animaux parlent, les métamorphoses se multiplient, l'emphase est de mise, et le gigantisme des personnages. Mais une constante ironie avertit le lecteur ; [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres classiques, docteur d'État, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, professeur de littérature française à l'université de Nantes

Classification


Autres références

«  LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)  » est également traité dans :

LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 026 mots

Un auteur sans image réclamant son « anéantissement complet » (Isidore Ducasse, alias le comte de Lautréamont, 1846-1870). Un livre sans auteur, une épopée sans héros assignable, deux noms (Lautréamont, Maldoror) que qualifient leur disparition protéiforme, leur richesse de calembours ou leur pouvoir mythique : Les Chants de Maldoror occupent dans l'histoire de la poésie, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chants-de-maldoror/#i_5679

CORBIÈRE TRISTAN (1845-1875)

  • Écrit par 
  • Jude STÉFAN
  •  • 526 mots

Bien que son œuvre, Les Amours jaunes (1873), s'avère moins magnifique que la leur, le nom de Tristan Corbière, fils d'un écrivain de renom régionaliste, Édouard Corbière, devait être cité aux côtés de ceux de Rimbaud et de Lautréamont : comme les leurs, cette œuvre est porteuse d'une analogue révolte contre l'existence et d'un semblable refus dans la forme même. « On aime j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-corbiere/#i_5679

NÉGATIONNISME

  • Écrit par 
  • Nadine FRESCO
  •  • 7 516 mots

Dans le chapitre « De l'hypercritique littéraire au négationnisme : Robert Faurisson »  : […] Né en 1929, Robert Faurisson est en 1974 un obscur universitaire, maître de conférences en littérature. Il est sans affiliation politique connue et se dit apolitique. En 1960, professeur de français dans un lycée à Vichy, il a pourtant connu un affrontement plutôt musclé avec un commissaire de police venu ôter la plaque commémorative que les « Amis du maréchal Pétain » avaient apposée devant le bu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negationnisme/#i_5679

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscience malheureuse (1919-1922) »  : […] Le surréalisme est né d'une guerre, la première à remettre non seulement en cause l'existence de frontières, de biens et d'organisations sociales, mais les fondements mêmes d'une civilisation dont vainqueurs et vaincus participaient à titre égal. L'absurdité d'une telle situation ne pouvait que frapper quelques esprits déjà sensibilisés aux mutations culturelles qui avaient précédé, comme son prod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_5679

Pour citer l’article

Jean-Luc STEINMETZ, « LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lautreamont/