LAKE PLACID (JEUX OLYMPIQUES DE) [1980]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lake Placid avait accueilli les Jeux d'hiver en 1932 : cette édition ne marqua pas l'histoire et les compétitions furent assez mal organisées. Depuis lors, cette petite bourgade de l'État de New York sollicita sans succès les suffrages du C.I.O. à trois reprises, en vue des Jeux de 1952, de 1956 et de 1968 : le souvenir mitigé de 1932 influença-t-il le Comité, qui recala à chaque fois Lake Placid ? Ce village de la région des Highs Peaks, dans le massif des Adirondacks, tente de nouveau sa chance pour les Jeux d'hiver de 1980, et le scénario semble se répéter : les « cardinaux » préfèrent sa seule rivale, Vancouver, notamment parce que, à l'instar des Jeux d'été, il paraît désormais indispensable de confier les Jeux d'hiver à une métropole importante (Grenoble, Sapporo...).

Vancouver a donc toutes les cartes en main au moment où le C.I.O., réuni pour sa soixante-quinzième session du 21 au 24 octobre 1974 à Vienne (Autriche), examine les deux candidatures. Or – coup de théâtre – Vancouver se désiste juste avant le vote : Lake Placid accueillera donc les XIIIes jeux Olympiques d'hiver de 1980. Le comité d'organisation (Lake Placid Olympic Organizing Committee, L.P.O.O.C.) se met rapidement en place ; Ron MacKenzie, âme de la candidature, ancien sportif éclectique et dirigeant estimé, en est nommé président. Il ne pourra pas achever sa tâche, emporté par la maladie en 1978 ; le révérend J. Bernard Fell lui succédera.

Le L.P.O.O.C. choisit de confier l'édification de toutes les infrastructures nécessaires pour les Jeux à une seule société, la Gilbane Building Company, basée à Providence (Rhodes Island) ; celle-ci, chargée de superviser les études, la construction, l'entretien et l'usage des installations, doit notamment veiller à ce que toutes les infrastructures permanentes puissent être réutilisées après les Jeux pour la population. Cette intention louable provoque une réelle faute de goût : le village olympique, construit à Ray Brook, à 13 kilomètres de Lake Placid, deviend [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « LAKE PLACID (JEUX OLYMPIQUES DE) [1980] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lake-placid-jeux-olympiques-de-1980-contexte-organisation-bilan/