KOSSUTH LAJOS (1802-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État hongrois qui a joué un rôle de tout premier plan au cours de la révolution de 1848. Lajos Kossuth appartient à la petite noblesse protestante et sa famille est d'origine slovaque. Après des études à Sarospatak et à Pesth, il entreprend une carrière d'avocat. Député aux Diètes de 1825-1827 et de 1832-1836, il développe l'agitation libérale avec sa gazette parlementaire. Arrêté en 1837, il ne sera libéré que sur l'insistance de la Diète en 1840. En 1841 il prend la direction du journal libéral Pesti Hirlap (La Gazette de Pesth) et s'impose bientôt comme le chef de l'aile gauche du parti libéral ; il attaque violemment l'Autriche, rompt avec Szechenyi, trop modéré. Le but de Kossuth est d'obtenir l'indépendance politique et économique de la Hongrie. Élu à la Diète de 1847 comme député de Pesth, il devient aussitôt le chef des radicaux, et son éloquence passionnée accroît son influence. Dès le 3 mars 1848 il réclame pour la Hongrie un gouvernement parlementaire, et une constitution pour l'Autriche. Batthyani, en formant le premier cabinet hongrois lui offre le ministère des Finances. En juillet 1848 c'est lui qui crée l'armée nationale (honved) pour lutter contre les troupes de Jelačić. En septembre 1848 il devient président du Comité de défense nationale et pratiquement remplace Batthyany à la tête du gouvernement hongrois ; il sera en fait le chef de la Hongrie indépendante. Mais, devant l'attitude hostile de l'Autriche et du nouvel empereur François-Joseph, il se retire à Debrecen ; au printemps de 1849 l'armée hongroise triomphe : Kossuth proclame l'indépendance de la Hongrie et la déchéance des Habsbourg. Très critiqué par les classes dirigeantes (clergé catholique et grands propriétaires fonciers), détesté par les minorités, il croit sauver son œuvre en confiant le pouvoir au général Görgey, qui capitulera en août 1849 à Világos devant la triple offensive des Autrichiens, des Russes et des Croates de Jelačić (auxquels Kossuth et les radicaux refusent l'autonomie). Kossu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KOSSUTH LAJOS (1802-1894)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La Hongrie et les Habsbourg »  : […] Il s'agissait en fait d'un mariage de raison car, à quelques exceptions près, il n'y eut jamais beaucoup de sympathie entre les rois Habsbourg et leurs sujets. Ceux-ci se méfiaient des souverains étrangers à qui ils demandaient protection contre les Turcs. Ils les soupçonnaient de vouloir germaniser le pays et les accusaient de ne pas respecter les libertés politiques de la noblesse. Depuis le déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_16769

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « KOSSUTH LAJOS - (1802-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lajos-kossuth/