NICARAGUA LAC DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le lac de Nicaragua, le plus grand des lacs d'eau douce du sud-ouest du Nicaragua, constitue le trait géologique dominant du pays. Il est également le plus grand lac d'Amérique centrale. Son nom indigène, Cocibolca, signifie « mer douce ». Son appellation actuelle proviendrait de Nicarao, cacique dont la tribu vivait sur les rives du lac. De forme ovale, le Nicaragua présente une superficie de 8 157 kilomètres carrés, avec 177 kilomètres de longueur et 58 kilomètres de largeur en moyenne. Profond d'environ 18 mètres en son centre, ses eaux atteignent 60 mètres de profondeur au sud-est de sa plus grande île, Ometepe. Le lac se situe à 29 mètres d'altitude.

Avec le lac de Managua au nord-ouest, le Nicaragua aurait autrefois constitué une baie océanique. Enfermée dans les terres à la suite d'une éruption volcanique, l'étendue d'eau aurait donné naissance à ces deux lacs à présent reliés par la rivière Tipitapa. Les poissons de mer pris au piège se sont adaptés à une eau devenue progressivement douce et, aujourd'hui, le Nicaragua est ainsi l'unique lac d'eau douce au monde abritant des espèces marines, dont des requins, des espadons et des tarpons.

Le lac compte plus de 40 tributaires, le principal étant la Tipitapa. Son grand émissaire, le río San Juan, suit un trajet d'environ 180 kilomètres qui le mène des rives sud-est du lac à la mer des Caraïbes. Traversant une région densément boisée, le fleuve forme une partie de la frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica. Au sud-ouest, le lac est séparé de l'océan Pacifique par un étroit corridor de terre, l'isthme de Rivas, d'environ 20 kilomètres de largeur.

Le lac n'est pas soumis au phénomène des marées, bien que l'on observe un flux et un reflux journaliers du niveau de l'eau, causé par les vents d'est qui remontent la vallée du San Juan. Par ailleurs, le niveau de l'eau baisse pendant la saison sèche, de décembre à avril, et augmente pendant la saison des pluies, de mai à octobre. Plusieurs courants traversent le lac : le courant dominant suit une trajectoire sud-est nord-est en surface, tandis qu'un autre, plus profond, suit la direction opposée. La température de l'eau se maintient, en surface, à 24 0C, et en profondeur, à 16 0C. Du fait de la composition chimique des roches volcaniques présentes dans le fond du lac et sur les rives, les eaux du Nicaragua contiennent une proportion élevée de sels de magnésium et de potassium dissous.

Près de 400 îles émergent du lac, dont 300 dans un rayon de 8 kilomètres de la ville de Granada, sur la rive nord-ouest. La plupart des îles sont recouvertes d'une riche végétation comprenant des arbres fruitiers tropicaux. Certaines sont habitées. Ometepe, la plus grande île, mesure 25 kilomètres de longueur et 13 kilomètres de largeur. Elle est composée de deux volcans autrefois disjoints, Concepción, qui culmine à environ 1 610 mètres et a connu sa dernière éruption en 1983 ; et Maderas, dont le sommet est à 1 223 mètres. Les deux volcans sont reliés par d'anciennes coulées de lave qui ont formé un pont, appelé isthme de Tistian. (Un troisième volcan associé au lac, le Mombacho, haut de 1 345mètres, se trouve sur la rive ouest.) L'île d'Ometepe est un site archéologique de premier ordre pour l'art précolombien (statues, céramiques) et les vestiges des anciennes civilisations du continent américain. Du café, du cacao, du maïs, des bananes et d'autres fruits sont cultivés sur l'île, de même que du coton et du tabac en plus petite quantité.

Le lac est une voie de communication ancestrale entre les villes de la côte ouest du Nicaragua et celles du sud et de l'est du pays. Les bateaux à vapeur parcouraient le lac dès les années 1850. Depuis Granada, des embarcations rejoignent les villages côtiers de San Jorge et La Virgen sur la rive ouest ; Cárdenas et San Carlos sur la rive sud ; San Ubaldo, Puerto Díaz, San Miguelito et El Morrito sur la rive est.

Les villes du lac étaient régulièrement assaillies par les pirates des Caraïbes, jusqu'à la construction de fortifications le long du San Juan au xviie siècle. Depuis la fin de la domination espagnole, dans les années 1820, il est envisagé de construire un canal reliant l'Atlantique au Pacifique, qui remonterait le San Juan, traverserait le lac et ouvrirait un passage dans l'isthme de Rivas. Après la découverte de mines d'or en Californie en 1848, le millionnaire new-yorkai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« NICARAGUA LAC DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-de-nicaragua/