LA VIDA LOCA (C. Poveda)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reporter-photographe franco-espagnol qui a couvert de nombreux conflits armés, Christian Poveda a été assassiné le 2 septembre 2009 au Salvador, quelques jours après avoir terminé son film documentaire La Vida Loca (production La Femme endormie). Son travail apporte un regard original sur les maras ou pandillas, ces groupes violents de jeunes qui se livrent au trafic et à l'extorsion. À l'origine, ils sont constitués par des Salvadoriens qui ont vécu aux États-Unis et ont appartenu à des gangs. Les maras se structurent autour de deux grands groupes rivaux, la Mara 18 et la Mara Salvatrucha (ou M.S.), qui reprennent des noms, des pratiques et des signes identitaires (rituels d'initiation, tatouages) des gangs des quartiers latinos de Los Angeles. Depuis la fin des conflits armés en Amérique centrale dans les années 1990, ces groupes se sont multipliés et sont devenus des acteurs de la propagation de la violence. Extrêmement stigmatisés, ils font l'objet de politiques répressives mises en œuvre par tous les gouvernements.

La Vida Loca (« la vie folle ») est l'expression utilisée par les membres des maras pour évoquer leur engagement dans le groupe, où dominent la violence, la solidarité entre mareros, les représailles entre groupes rivaux, mais également l'absence de perspectives pour nombre d'entre eux. Le film s'attache à porter un regard singulier sur ces groupes, leur rôle de structuration de la vie sociale dans des quartiers populaires. Christian Poveda a filmé le quotidien des habitants de la Campanera, une banlieue située à l'est de la capitale, San Salvador. On ne connaît que leur nom et leur âge. Aucun fil directeur ne guide le spectateur, ni commentaire en voix off, ni entretien, ni explication, ni principe de jugement. On ne découvre que progressivement qu'ils n'ont pas d'emploi, qu'ils ne bénéficient d'aucune aide ou assistance publiques, qu'ils sont issus de familles déstructurées par la pauvreté et la violence, où les pères sont absents. Pour autant, aucun ne s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification

Pour citer l’article

David GARIBAY, « LA VIDA LOCA (C. Poveda) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vida-loca/