LA TECTONIQUE DE L'ASIE (É. Argand)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les années 1920-1930, le géologue suisse Émile Argand (1879-1940), qui est un spécialiste des Alpes et des chaînes alpines, devient l'un des alliés d'Alfred Wegener et de sa théorie de la dérive des continents. Au moment où le débat fait rage entre les partisans du mobilisme et ceux du fixisme, Argand applique, dans son ouvrage La Tectonique de l'Asie (1992), les idées de Wegener à la formation des chaînes de montagnes qui s'étendent des Alpes à l'Himalaya. Il y suppose ainsi qu'elles sont dues à un déplacement du Gondwana vers l'Eurasie.

C'est d'ailleurs Émile Argand qui invente le terme « mobilisme » pour désigner l'ensemble de ces nouvelles hypothèses selon lesquelles les continents sont animés de mouvements horizontaux, ce qui permet notamment d'expliquer les nappes de charriage dans les chaînes de montagne. À travers ces concepts novateurs, il apparaît également comme l'un des premiers géologues à mettre en pratique une tectonique globale, c'est-à-dire à l'échelle des continents tout entiers.

—  Florence DANIEL

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Florence DANIEL, « LA TECTONIQUE DE L'ASIE (É. Argand) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tectonique-de-l-asie/