LA SYMPHONIE DU HANNETON (J. Thiérrée)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rideau se lève. Un adolescent est couché. Une jambe se dérobe, un pied disparaît. Une fumée s'échappe du cerveau. Le lit se cabre… Peu à peu, l'espace de la scène se transforme en cabinet des métamorphoses. Les objets se mettent à vivre leur existence propre : un miroir se détache du visage qu'il reflète, un canapé engloutit ce qui passe à sa portée, un parapluie se transforme en autruche. Les visions fantasques s'accumulent : une cantatrice s'échappe d'un tableau, une femme araignée escalade une grille, un couple s'aime en trapèze volant, une contorsionniste s'extrait d'une valise, un rhinocéros apparaît, suivi d'un dragon...

Créé en 1998 à l'Orion Theater de Stockholm, La Symphonie du hanneton est le premier spectacle de James Thiérrée, né en 1974, arrière-petit-fils d'Eugène O'Neill et petit-fils de Charlie Chaplin, mais surtout enfant de Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thiérrée, fondateurs du Cirque bonjour, devenu le Cirque imaginaire, puis le Cirque invisible. Initialement présenté en France en 1998, ce spectacle « féerique pour tout public » a été repris un peu partout dans l'Hexagone avant de revenir à Paris, au Théâtre du Rond-Point, au printemps 2005, pour d'ultimes représentations, laissant à chaque fois le public émerveillé. C'est que ce coup d'essai-coup de maître (suivi en 2004 de La Veillée des Abysses) ne ressemble à rien de connu. Il emprunte autant au théâtre qu'à la danse, au mime, à la musique ou au cirque. Supprimant les frontières entre les genres, il rend aux objets leur âme, donne la parole moins aux mots qu'aux corps en mouvement pour une équipée, entre veille et sommeil, au pays des bonheurs naïfs et des peurs secrètes.

La Symphonie du hanneton ne suit pas le fil d'un récit mais se perd plutôt volontairement dans la trame de l'émotion première, jouant de la confusion permanente des sentiments et des sens. Face au plateau, James Thiérrée est comme le peintre devant sa toile. Il compose par petites touches les séquences [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « LA SYMPHONIE DU HANNETON (J. Thiérrée) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-symphonie-du-hanneton/