L'ARCHE RUSSE (A. Sokourov)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le récit de L'Arche russe (2002) s'ouvre dans un registre quelque peu énigmatique. L'écran, gris, n'est animé par aucune image, tandis qu'une voix off murmure : « J'ouvre les yeux et je ne vois rien... », avant d'évoquer une impression de peur ressentie par des personnes qui s'enfuient, sans qu'elles puissent être aperçues à l'image. Sans transition, le premier plan, en couleur cette fois, fait apparaître des hommes et des femmes en tenue de soirée : « D'après ces costumes, observe la voix off, nous sommes au xixe siècle. »

Ces personnages sont des membres de la noblesse russe qui, après avoir traversé les pièces souterraines et les coulisses du théâtre de l'Ermitage, se rendent au palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg, résidence des tsars, pour participer à un grand bal donné par Nicolas II, dont le déroulement rythmera la fin du film. Entre l'ouverture et le terme du récit, le narrateur invisible – en réalité Alexandre Sokourov lui-même – explore à leur suite les salles du palais d'Hiver et du musée de l'Ermitage, cette « arche russe », témoin de l'immortalité de l'art et d'une certaine idée de la Russie. Il y rencontre « l'Étranger » (Sergueï Dreiden), un diplomate européen au visage anguleux, grand et mince, tout de noir vêtu, aux propos parfois sarcastiques, qui évoque le marquis de Custine, auteur d'un célèbre Voyage en Russie, publié en 1843. Au fil de leur dialogue, les deux hommes vont nous entraîner dans un double voyage, celui de l'espace et du temps.

Au sein du palais d'Hiver, l'itinéraire dans l'espace se déroule sous le signe exclusif de la beauté, en une coulée homogène du récit qui nous fait accompagner les personnages, dans leur traversée des grandes salles impériales et des galeries. À cette magnificence des décors et de l'architecture répond celle des sculptures (en particulier une œuvre admirable de Canova), de la porcelaine de Sèvres (le bleu-vert et l'or du « service aux camées » du tsar) et surtout de la peinture – de Van Dyck à Véronèse. Sokourov s'est toujours intéressé à cet art, qui détermin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, critique de cinéma

Classification

Pour citer l’article

Michel ESTÈVE, « L'ARCHE RUSSE (A. Sokourov) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-arche-russe/