ABENCÉRAGE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est une courte nouvelle d'aventures galantes et chevaleresques. La meilleure version qui nous en soit parvenue parut sous le titre de El Abencerraje dans un ouvrage de miscellanées littéraires, El Inventario (Medina del Campo, 1565, sous le nom d'Antonio de Villegas). Ce roman pastoral, qui connut partout un grand succès, répandit en Europe l'histoire de l'Abencérage. Avec les Guerres civiles de Grenade (1595-1619), par Pérez de Hita, et Guzmán de Alfarache (Ozmin et Daraja, 1599), par Mateo Alemán, l'Abencérage est à l'origine de la vogue des nouvelles dites morisques en Angleterre et en France (Chateaubriand, Les Aventures du dernier Abencérage).

La belle version de l'Inventario se réfère à une histoire du « temps de l'infant don Fernando qui prit Antequera ». La Partie de la chronique de l'illustre don Fernando qui prit Antequera, publiée au moins deux fois, la seconde en 1561, offre une version plus grossière de la nouvelle ; elle se réfère à une source manuscrite, « confuse, défectueuse, insipide, peu soignée », qu'elle aurait améliorée. Mais le grand écrivain (peut-être Villegas lui-même) à qui nous devons la version insérée dans l'Inventario fait preuve d'une vaste culture littéraire et d'une bonne information philosophique. Il construit sa nouvelle comme on le fait depuis Boccace : prologue, unité d'action, présentation des personnages et description de leurs vêtements, évocation d'événements antérieurs, dialogues et épîtres pleins d'artifice, dénouement. Bref, le récit, qui est du domaine de la fiction, emprunte ses ornements à d'autres genres littéraires ; il recourt à la pitié que le lecteur doit éprouver pour les personnages, à leur admiration, et, par le moyen de la suspensión de ánima, à leur crainte ou frayeur quant à l'issue de l'intrigue.

Le thème est une illustration exemplaire du comportement modèle de nobles personnages placés dans une certaine circonstance critique. L'auteur prête aux protagonistes des masques et des noms musulmans ou chrétiens, tout comme d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  ABENCÉRAGE L'  » est également traité dans :

MORISQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 272 mots

Les fastes des Arabes résidant en Espagne attirèrent dès le Moyen Âge l'attention et l'admiration des chrétiens de la Péninsule, qui imitèrent les usages et les costumes des Maures. Déjà le premier grand prosateur castillan, don Juan Manuel, montre, au xiv e  siècle, sa connaissance du style de vie de ses voisins et son admiration certaine pour leur élégance et leur luxe ; son contemporain Juan Ru […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « ABENCÉRAGE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-abencerage/