SCHUSCHNIGG KURT VON (1897-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une vieille famille de l'aristocratie autrichienne attachée aux traditions catholiques, Kurt von Schuschnigg est avocat à Innsbruck avant de fonder un mouvement nationaliste après la Première Guerre mondiale. Député chrétien-social en 1927, il est ministre de la Justice de 1932 à 1933, puis de l'Instruction publique en 1933. Il succède comme chancelier à Dollfuss quand celui-ci est assassiné par les nazis le 25 juillet 1934. Menant comme son prédécesseur une politique autoritaire d'inspiration catholique corporatiste, il poursuit la répression des mouvements extrémistes de droite comme de gauche, restaure l'économie et tente, par l'entremise de l'ambassadeur von Papen, d'améliorer les relations avec l'Allemagne qui, par l'accord du 11 juillet 1936, promet de ne pas intervenir en Autriche. En échange, Schuschnigg appelle au gouvernement quelques nazis « modérés » comme Horstenau et Guido Schmidt. Pendant les mois suivants, le nazisme ne cesse de progresser sous l'action de ces hommes et grâce aux manœuvres de von Papen. À la fin de janvier 1938, la police viennoise découvre un complot visant à éliminer Schuschnigg. Hitler décide alors de passer immédiatement à l'action ; convoqué à Berchtesgaden le 12 février 1938, le chancelier est contraint de faire libérer les nazis autrichiens emprisonnés et de nommer ministres deux pro-nazis : à l'Intérieur, l'avocat Seyss-Inquart et, à la Guerre, Glaise Horstenau ; le système économique de l'Autriche était intégré à celui de l'Allemagne. Schuschnigg n'a le choix qu'entre cette solution et l'entrée immédiate des troupes allemandes sur son territoire. Comprenant d'emblée la vanité de cet accord, il tente de réagir en annonçant le 9 mars un plébiscite et en se rapprochant des sociaux-démocrates. Le 11 mars, Hitler menace et exige l'annulation du plébiscite et la démission de Schuschnigg. Ayant vainement fait appel à l'aide des Anglais et des Français, celui-ci se retire, cédant la place à Seyss-Inquart. Le 12 mars 1938, l'armée allemande occupe [...]

L'Anschluss

L'Anschluss

Photographie

Un camion équipé de haut-parleurs appelle à voter contre le chancelier Schuschnigg (1897-1977), lors du plébiscite de 1938 qui suivit l'entrée des troupes allemandes en Autriche le 12 mars 1938. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHUSCHNIGG KURT VON (1897-1977)  » est également traité dans :

ANSCHLUSS (1938)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Parvenu au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, Hitler, au nom du pangermanisme, souhaite le rattachement ( Anschluss ) de l'Autriche au III e  Reich. En juillet 1934, il soutient ainsi une tentative de coup d'État menée par les nazis autrichiens. Le chancelier autrichien Dollfuss est assassiné, mais le coup d'État échoue, notamment grâce à l'action […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anschluss/#i_16417

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'État autoritaire corporatiste chrétien (1934-1938) »  : […] Comme dans de nombreux autres pays européens, les milieux catholiques, se référant à l'encyclique Quadragesimo anno promulguée en 1931 par Pie XI, se prononcent pour la mise en place d'un État autoritaire corporatiste, seul capable, selon eux, de mettre un terme à la crise morale et sociale. En Autriche, Engelbert Dollfuss porte cette idée. Menacé par les sociaux-démocrates […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16417

L'ORDRE DU JOUR (E. Vuillard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 066 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans les coulisses du pouvoir »  : […] Au point de départ de L’Ordre du jour , une panne mécanique. Le 12 mars 1938, les chars qui devaient entrer en Autriche sont bloqués à la frontière. Le général Guderian, futur stratège de la bataille de France, est le maître d’œuvre de cette annexion. Elle échoue, au grand dam d’Hitler, et les blindés seront finalement chargés sur des plateformes de train jusqu’à Vienne. L’ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ordre-du-jour/#i_16417

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « SCHUSCHNIGG KURT VON - (1897-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-von-schuschnigg/