L'ORDRE DU JOUR (E. Vuillard)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’histoire n’est pas une scène unique et lointaine. Elle se fait dans des salons sans grâce, dans les coulisses et par des conciliabules, elle surgit dans les rues étroites et sales de la ville. Ainsi peut-on lire l’œuvre d’Eric Vuillard, depuis La Bataille d’Occident (2012), Congo (2012) ou 14 juillet (2016). Prix Goncourt 2017, L’Ordre du jour (Actes Sud) adopte les mêmes angles de vue pour relater les prémices de la Seconde Guerre mondiale, en évoquant à sa manière quelques moments précédant l’apocalypse. De la participation des grands industriels allemands à l’entreprise nazie à l’Anschluss, qui marque la fin d’une Autriche indépendante, Eric Vuillard met en scène les détenteurs du pouvoir : personnages sans envergure, guidés par des intérêts médiocres ou des passions suicidaires. « Les plus grandes catastrophes s’annoncent à petits pas », écrit l’auteur. Ces « petits pas » laissent leur empreinte dans les divers chapitres de ce récit. Vuillard écrit comme Erich Salomon photographiait, captant le détail révélateur qui transforme une assemblée de diplomates en une série de visages démasqués.

Eric Vuillard

Eric Vuillard

Photographie

De Tristesse de la terre à L'Ordre du jour, en passant par Congo et 14 juillet, Eric Vuillard porte dans ses récits un regard neuf sur l'événement historique. 

Crédits : Melania Avanzato/ Opale/ Leemage

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Norbert CZARNY, « L'ORDRE DU JOUR (E. Vuillard) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ordre-du-jour/