MELNIKOV KONSTANTIN STEPANOVITCH (1890-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant de devenir architecte, Melnikov fut peintre. Il entre au Collège de peinture, sculpture et architecture de Moscou (le futur Vkhoutemas), où il rencontre des artistes de l'avant-garde : A. Vesnine, N. Gontcharova, V. Tatline. En 1914, il passe au département d'architecture. Architecte, Melnikov adhérera au groupe Asnova (Association des nouveaux architectes) ; il dessinera soixante-quinze projets environ, dont les trois quarts ne seront pas réalisés. Son premier bâtiment est construit en 1923, le dernier en 1929. Après quoi, victime des critiques violentes des néo-réalistes triomphants, représentés en architecture par le groupe de la Vopra (Union des architectes prolétariens), Melnikov se verra peu à peu interdire toute possibilité de réalisation. Dans les années trente, on l'accusera de « formalisme » ; en 1934, on lui interdit d'exposer à la triennale de Milan et, en 1936, il est exclu du Congrès des architectes. À partir de ce moment, le nom de Melnikov est rayé de l'histoire de l'architecture et ses projets ne sont même plus édités. C'est donc essentiellement de 1923 à 1929 que se situe son activité. Chacun de ses projets, chacune de ses œuvres rendent compte de son extraordinaire sens de l'insertion de la forme dans l'espace. Melnikov cherche toujours à provoquer un choc émotionnel. Il ne partage pas la théorie selon laquelle la forme suit la fonction. La tâche de l'architecte est de rechercher le meilleur agencement de la fonction dans un espace donné. « J'aime une esthétique naturelle créée par les hommes », dira-t-il, et son critère suprême est la concordance de l'édifice et des règles de la nature. À cela s'ajoute une volonté de créer une architecture dynamique, aux espaces transformables. Plusieurs projets témoignent de ces options : en 1923, le pavillon Makhorka (tabac populaire) pour l'Exposition agricole et artisanale de Moscou ; en 1925, le pavillon de l'U.R.S.S. pour l'exposition des Arts décoratifs à Paris ; de 1926 à 1928, la construction de six clubs ouvriers (club Roussakov) ; en 1927, sa propre maison à Moscou.

—  Anatole KOPP

Écrit par :

  • : architecte honoraire, professeur à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  MELNIKOV KONSTANTIN STEPANOVITCH (1890-1974)  » est également traité dans :

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les projets d'architecture »  : […] Contrairement à l'idéalisme philosophique des premières théories picturales de Malevitch, ses projets d'architecture sont des exemples de sobriété. Mais dans les ateliers des autres architectes le romantisme révolutionnaire inspire des projets d'une démesure fantastique. Contrebalançant la rude réalité quotidienne, les architectes soviétiques des années vingt créent de nombreux projets qui a prior […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_38993

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'architecture révolutionnaire soviétique de 1925 à 1932 »  : […] On retrouve en architecture le même esprit : comme l'écrit Anatole Kopp, « ce sont des formes nouvelles qui, seules, peuvent traduire les rapports sociaux nouveaux fondés sur l'esprit collectif, l'abolition de l'exploitation et la planification économique » ( Ville et révolution ). Le pavillon de l'U.R.S.S. à l'Exposition des arts décoratifs de Paris (1925), conçu par Melnikov, parce qu'il rompt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-dans-les-pays-socialistes/#i_38993

Pour citer l’article

Anatole KOPP, « MELNIKOV KONSTANTIN STEPANOVITCH - (1890-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/konstantin-stepanovitch-melnikov/