MEYER KONRAD FERDINAND (1825-1898)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des maîtres de la nouvelle historique de langue allemande. Calviniste, Meyer recherche dans l'histoire la main de Dieu. Admirateur de la Renaissance, il s'identifie au destin des grands hommes du passé. Artiste raffiné, il accorde au style une place importante et cisèle tout ce qu'il écrit. Ses personnages sont un peu marmoréens et semblent appartenir à l'univers de Michel-Ange. Grandeur et fatalité décrites par un narrateur comme autant d'actes d'un drame éternel. Les flash-back abondent dans ces récits admirablement construits et captivants, qu'il s'agisse du Page de Gustav Adolf (1882), une jeune fille déguisée par amour pour le roi et qui meurt à son service, ou d'Angela Borgia (1891), la pure jeune fille aux prises avec la cruauté du monde de la Renaissance, ou encore du Saint (Der Heilige, 1879), où l'auteur donne une version toute personnelle et originale de la vie de Thomas Beckett, le chancelier de Henri II d'Angleterre. Maître de la nouvelle, Meyer est également un maître de la ballade et de la poésie-objet (Ding-Gedicht) et, en tant que tel, digne précurseur de Rilke.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEYER KONRAD FERDINAND (1825-1898)  » est également traité dans :

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascèse analytique »  : […] Plus s'élargit, cependant, le cadre théorique d'une psychanalyse des œuvres, plus s'affirme l'exigence de son élaboration critique. Comment concevoir qu'une discipline qui s'est donné pour fin de confronter le sujet effectivement engagé dans la cure à la question de sa propre vérité puisse reporter son exercice sur les productions de la littérature ou de l'art ? Peut-être dira-t-on qu'entre la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_36336

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « MEYER KONRAD FERDINAND - (1825-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-ferdinand-meyer/