TAYLOR KOKO (1928-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière de la chanteuse américaine de blues Koko Taylor – surnommée « Queen of the Blues » (« Reine du blues ») ou, de manière plus précise, « Chicago Blues Queen » – s'étend sur près d'un demi-siècle.

Née le 28 septembre 1928 à Bartlett, près de Memphis, dans le Tennessee (elle fera longtemps croire qu'elle était née sept ans plus tard, le 28 septembre 1935), Cora Walton se trouve orpheline dès l'âge de onze ans. De même que ses cinq frères et sœurs, elle est alors contrainte de travailler à la cueillette du coton pour gagner sa vie. Lorsque l'occasion se présente, tous écoutent des artistes de blues comme Bessie Smith, Memphis Minnie, Howlin' Wolf et Muddy Waters. Au début des années 1950, la jeune Cora part s'installer à Chicago avec Robert « Pops » Taylor, qu'elle épousera par la suite. Koko Taylor travaille alors comme femme de ménage le jour et fréquente la nuit les clubs de blues du South Side et du West Side, où elle ne tarde pas à se produire. En 1963, elle attire l'attention de Willie Dixon, producteur chez Chess Records, qui lui fait aussitôt signer un contrat avec son label. Koko Taylor enregistre bientôt avec les légendes du blues que sont Buddy Guy, Big Walter Horton, Robert Nighthawk, Johnny Shines. Sous la houlette de Dixon, elle sort deux albums et plusieurs singles pour Chess, notamment le tube Wang Dang Doodle (1966). Ce titre, qui va faire connaître la chanteuse auprès du grand public, se vend à plus d'un million d'exemplaires et se hisse parmi les cinq meilleures places de rhythm and blues du Billboard. À la suite du déclin de Chess au début des années 1970, Koko Taylor passe chez Alligator Records. Au cours des trois décennies suivantes, elle enregistre avec ce label une série d'albums qui consolident sa réputation de maîtresse du Chicago blues (même si aucun ne parviendra à égaler le succès de Wang Dang Doodle) : I Got What it Takes (avec le guitariste Sammy Lawhorn, 1975), The Earthshaker (1978), From the Heart of a Woman (1981), Queen of the Blues (1985), An Audience with the Queen (1987), Force of Nature (1993). L'artiste est nommée à huit reprises aux Grammy Awards et reçoit plus d'une vingtaine de Blues Music Awards. Des problèmes de santé l'obligent à diminuer le nombre de ses enregistrements à partir du début des années 2000, mais sa voix reste aussi véhémente qu'au premier jour dans son dernier album, Old School (2007). Koko Taylor se produisait encore en public un mois avant sa mort, qui survient le 3 juin 2009, à Chicago.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« TAYLOR KOKO - (1928-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/koko-taylor/