KHOND

Constituant la plus grande des tribus de l'Orissa (leur nombre est estimé à environ un millier au début du xxie siècle), les Khond (Kond ou Kandh) vivent dans les montagnes et la jungle de cet État de l'Inde, notamment dans les districts de Phulbāni, de Koraput et de Kalāhāndi. Leur langue, le kuī, ainsi que son dialecte méridional, le kuwi, appartiennent à la famille dravidienne. La plupart des Khond cultivent le riz, mais certains groupes comme les Kuttia Khond de Phulbāni pratiquent encore la culture sur brûlis dans les forêts.

Différents types de pratiques divinatoires existent chez les Khond. Certaines sont destinées à détecter les fautes (vols ou fautes sexuelles, comme l'adultère et le rapt) et leurs auteurs ; seuls les chamanes sont habilités à les faire connaître grâce à l'exercice de leur pouvoir de divination. Dans le passé, les Khond faisaient des sacrifices humains pour accroître la fertilité de leur terre. Depuis l'interdiction de telles pratiques, ils sacrifient des buffles et des singes. Leur agriculture comprend un certain nombre de rituels magico-religieux. La magie et la sorcellerie, qui sont courantes, ont entraîné l'existence d'une classe particulière : les devins kutagatanja, qui détiennent un pouvoir exceptionnel.

Les Khond ont été en contact depuis plusieurs siècles avec des voisins de langues oriya à l'ouest, au nord et à l'est, ainsi qu'avec des populations de langues telugu au sud. Ils ont progressivement adopté la langue et les coutumes de leurs voisins. Dans les plaines de Baudh, certains Khond ne parlent que l'oriya ; dans les jungles écartées, le kuī seul est utilisé. La même gradation se retrouvait dans l'adoption des coutumes hindoues concernant les castes et l'intouchabilité ainsi que dans la connaissance des divinités hindoues.

—  Yvan BARBÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KHOND  » est également traité dans :

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dieux du Soleil et de la végétation »  : […] Déjà dans les religions primitives, on remarque la coalescence de l'être suprême céleste avec un dieu solaire. En Afrique, ce processus est assez fréquent : de nombreuses tribus donnent à l'être suprême le nom de Soleil. Ce jeu de substitution se retrouve en Indonésie : ainsi, chez les Toradja, le dieu solaire prend peu à peu la place du dieu céleste, dont il poursuit l'œuvre cosmogonique. On surp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_8252

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « KHOND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/khond/