KATMANDOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Népal, Kātmāndu, également appelée Kantipur, est située dans une vallée près du confluent du Bāghmati et du Vishnumati, à une altitude de 1 324 mètres ; sa population était estimée, au début des années 2000, à 700 000 habitants. Elle fut fondée en 723 par Raja Gunakamadeva. Son ancien nom était Manju-Pātān, et son nom actuel signifie « temple en bois » (kath, bois, et mandir, temple ou édifice) en souvenir d'un temple que Raja Lachmina Singh aurait fait construire avec le bois d'un seul arbre en 1596. Un édifice, censé être l'original, se tient encore sur la place centrale et sert de logement aux sādhu (saints hommes). Kātmāndu était la capitale d'un des trois royaumes qui constituaient le Népal depuis le début du xvie siècle.

Népal : carte administrative

Carte : Népal : carte administrative

Carte administrative du Népal. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sadhu

Photographie : Sadhu

Sadhu jouant de la flûte dans un temple de Katmandou. 

Crédits : Dave Stamboulis/ Moment Editorial/ Getty Images

Afficher

La ville est devenue le plus grand centre commercial et le centre d'affaires du pays grâce aux efforts de ses familles de marchands, les Newar. Dans les années 1970, le développement de Kātmāndu a suscité la construction de nouvelles routes et l'extension des liaisons aériennes (aéroport international de Tribhuvan) qui en firent le pivot du réseau de transport national ; celui-ci avait été, pendant des siècles, limité à des sentiers. La plupart des habitants de la ville sont des agriculteurs, car les Newar préfèrent vivre en ville. L'université Tribhuvan a été fondée en 1959. Les deux rues principales de Kātmāndu contrastent fortement avec les vieux quartiers faits de rues étroites et de maisons en brique dont les portes et les fenêtres sont décorées de sculptures. Après le tremblement de terre de 1934, de nouveaux bâtiments de style moderne furent construits. L'édifice le plus remarquable de la ville est l'ancien durbar, ou palais des rois malla, qui comprend le temple Taleju (1549), construit par Raja Mahindra Malla ; la porte principale du palais est gardée par la statue du dieu Hanumān, près de la petite place Hanumān Dhoka, où se trouvent de nombreuses pagodes et la grande statue en pierre noire de Kala Bhairab.

À l'est se situe Tundi Khel, le terrain de parade au centre duquel se trouve une plate-forme en pierre entourant un arbre et d'où l'on faisait autrefois les déclarations importantes du gouvernement à l'armée. À la périphérie de Kātmāndu, de nombreux durbar ont été construits par la famille Rana, le plus imposant étant le Singha Durbar, autrefois résidence officielle des Premiers ministres, dont la charge était héréditaire, et siège de l'actuel gouvernement. C'est à environ 5 kilomètres au nord-est que se trouve le grand dôme blanc de Bodhnāth, mausolée bouddhiste auquel on accède par quelque six cents marches, et qui est révéré par les bouddhistes tibétains qui viennent là au cours de pèlerinages d'hiver.

Stupa de Swayambhunath

Photographie : Stupa de Swayambhunath

Le stupa de Swayambhunath, à Katmandou. 

Crédits : Frank Bienewald/ LightRocket/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Népal : carte administrative

Népal : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sadhu

Sadhu
Crédits : Dave Stamboulis/ Moment Editorial/ Getty Images

photographie

Stupa de Swayambhunath

Stupa de Swayambhunath
Crédits : Frank Bienewald/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

25 avril 2015 Népal. Séisme meurtrier.

Un séisme de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter, suivi de puissantes répliques les jours suivants, frappe la région de Katmandou. Les secours peinent à atteindre certains villages très isolés. Le bilan humain du tremblement de terre s’élève à au moins sept mille cinq cents personnes, et on dénombre de très nombreuses destructions.  […] Lire la suite

9-28 avril 2006 Népal. Restauration du Parlement dissous

Le 26, les rebelles maoïstes décrètent une trêve de trois mois et lèvent le blocus de Katmandou. Le 28, le Parlement se réunit pour la première fois depuis 2002. Les députés approuvent une motion prévoyant l'ouverture de discussions sur la convocation d'une Assemblée constituante.  […] Lire la suite

1er-2 février 2005 Népal. Instauration de l'état d'urgence

Celle-ci impose durant deux semaines le blocus de la capitale Katmandou, qui paralyse tout le pays.  […] Lire la suite

1er-31 août 2004 Irak. Épreuve de force à Nadjaf et enlèvement de journalistes français

Cette annonce provoque, le lendemain, à Katmandou, des émeutes anti-musulmanes et des manifestations contre le gouvernement népalais. Le 31 également, Dalil Boubakeur organise à la Mosquée de Paris, dont il est le recteur, une séance très médiatisée de prière pour la libération des otages français, en présence des familles de ces derniers, des membres du Conseil français du culte musulman et de responsables politiques. […] Lire la suite

8-9 septembre 2002 Népal. Offensives meurtrières de la guérilla maoïste

Le 8, la guérilla maoïste lance une attaque contre un poste de police à l'est de Katmandou, tuant une cinquantaine de membres des forces de l'ordre et subissant elle-même de lourdes pertes. Le 9, une nouvelle attaque de postes de sécurité dans la région de Sandhikharka, dans l'ouest du pays, par quelque 4 000 rebelles, cause la mort d'au moins 65 policiers et soldats. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie GUILLET, « KATMANDOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/katmandou/