MILLETT KATE (1934-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Son essai La Politique du mâle valut à Kate Millett de jouer un rôle important dans le féminisme des années 1970.

Kate Millett

Kate Millett

photographie

Avec Germaine Greer, Kate Millett fut une des porte-parole du féminisme américain dans les années 1970. Lors de sa parution, son essai La Politique du mâle fut considéré comme étant d'importance égale à ce qu'avait pu être Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. 

Crédits : Cynthia Macadams/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

Afficher

Née le 14 septembre 1934 à Saint Paul (Minnesota), Katherine Murray Millett obtient sa licence avec mention en 1956 à l'université du Minnesota. Elle décroche ensuite une maîtrise avec mention très bien à Oxford. Après avoir enseigné brièvement l'anglais à l'université de Greensboro (Caroline du Nord), Kate Millett s'installe à New York pour se lancer dans une carrière artistique. Elle gagne sa vie en enseignant dans une école maternelle de Harlem. En 1961, elle s'installe à Tōkyō, où elle enseigne l'anglais à l'université Waseda tout en étudiant la sculpture. Lorsqu'elle épouse le sculpteur japonais Fumio Yoshimura en 1965 – ils divorceront en 1985 –, Kate Millett est cependant déjà retournée à New York, où elle donne des cours d'anglais et de philosophie au Barnard College. Parallèlement, elle prépare une thèse à l'université Columbia, et obtient son doctorat avec mention très bien. Sa thèse, dans laquelle l'analyse littéraire se mêle à la sociologie et à l'anthropologie, est publiée la même année que Sexual Politics (La Politique du mâle, 1969). L'ouvrage, qui définit les objectifs et les stratégies du mouvement féministe, connaît un succès immédiat, amenant Kate Millett sur le devant de la scène.

Cette célébrité sera source de difficultés personnelles, comme le révèle Kate Millett dans son autobiographie, Flying (En vol, 1974). Elle y relate notamment ses souffrances, en raison des violentes réactions que provoquèrent ses idées et la révélation de son homosexualité. Elle écrit deux autres ouvrages autobiographiques, Sita (1977) et A.D. : a Memoir (1995). The Basement (La Cave. Méditations sur un sacrifice humain, 1979) est le récit du martyre d'une jeune femme maltraitée, torturée et assassinée par un groupe d'adolescents menés par la femme à qui sa garde avait été confiée. Dans Going to Iran (En Iran, 1982), Kate Millett évoque l'oppression politique qui règne dans ce pays depuis l'arrivée au pouvoir de l'ayatollah Khomeyni. Elle publie ensuite d’autres livres, dont The Loony Bin Trip (1990), fondé sur son expérience personnelle dans un service psychiatrique, The Politics of Cruelty (1994) et Mother Millett (2002).

Kate Millett meurt à Paris, le 6 septembre 2017.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MILLETT KATE (1934-2017)  » est également traité dans :

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 191 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contre-culture »  : […] les « maîtres du monde » l'assassinat de tous les hommes. Dans la théorie, c'est le patriarcat comme entité politique et idéologique qui est mis en question. Aux États-Unis toujours, des livres comme celui de Kate Millett (La Politique du mâle) s'attachent à décrire les modes de répression sexuelle et culturelle à l'égard de la femme, tels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-le-feminisme-des-annees-1970-dans-l-edition-et-la-litterature/#i_45084

Pour citer l’article

« MILLETT KATE - (1934-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kate-millett/