RENNER KARL (1870-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dix-huitième enfant d'une famille de petits paysans de Moravie, l'Autrichien Karl Renner obtient une bourse et peut entrer à l'université de Vienne. Très vite attiré par la social-démocratie, il participe avec Otto Bauer à la direction de la revue théorique du parti, Der Kampf. Il étudie la théorie du droit et développe une conception lassalienne de l'État, régulateur de la société (La Fonction sociale du droit, 1904).

Élu député en 1907, il dirige pendant la Première Guerre mondiale l'aile droite, majoritaire, du Parti social-démocrate et soutient la participation des socialistes à la guerre. En novembre 1918, il préside la commission exécutive élue par le Conseil national et devient chancelier de novembre 1918 à juin 1920, gouvernant avec une coalition de sociaux-démocrates et de chrétiens sociaux. Aux négociations de Saint-Germain, il défend le droit de l'Autriche à l'autodétermination, c'est-à-dire le droit de s'unir à l'Allemagne de Weimar. Mais Clemenceau fait usage de son droit de veto pour empêcher l'union.

D'avril 1931 à mars 1933, Karl Renner prône à nouveau le rattachement de l'Autriche à la grande Allemagne, mais les excès de la propagande national-socialiste lui font rapidement prendre ses distances. Arrêté lors de l'action de Dollfuss contre les socialistes en février 1934, Renner ne sort de prison qu'après l'assassinat du chancelier par les nazis. Minoritaire à l'intérieur de son parti, il reste à l'écart de l'activité des socialistes de 1934 à 1945. Pourtant, lors de la campagne du référendum organisé par Hitler au lendemain de l'Anschluss, Karl Renner fait, le 2 avril 1938, cette étrange déclaration : « En tant que social-démocrate, et, à ce titre, défenseur du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, en tant que premier chancelier fédéral de l'Autriche allemande, enfin en tant que président de la délégation autrichienne à la conférence de la p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RENNER KARL (1870-1950)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La IIe République d'Autriche : paix sociale, neutralité et rejet du passé  »  : […] Le 27 avril 1945, le gouvernement provisoire dirigé par le social-démocrate Karl Renner – qui a été le premier chancelier de la I re République – et composé des trois partis autrichiens qui se proclament antifascistes, à savoir le Parti social-démocrate alors socialiste (S.P.Ö.) le Parti communiste (K.P.Ö.) et le Parti du peuple autrichien (Ö.V.P., le parti conservate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16418

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Empire austro-hongrois »  : […] L'histoire du socialisme dans l'Empire austro-hongrois est dominée par les difficultés nationales ; de plus, la coexistence de régions fortement développées sur le plan économique (Autriche, Bohême) et de régions restées encore à prépondérance agricole et à structure sociale quasi féodale influe beaucoup sur elle. Le Parti social-démocrate autrichien fut créé au congrès de Neudorff (1874) et group […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_16418

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « RENNER KARL - (1870-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-renner/