KANG YOUWEI [K'ANG YEOU-WEI] (1858-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exégèse des classiques confucéens, une mystique inspirée du bouddhisme et du taoïsme et l'influence de la pensée occidentale ont contribué à faire de ce fils d'une famille de fonctionnaires des environs de Canton, qui réussit non sans peine au doctorat en 1895, le premier grand théoricien politique de la Chine moderne. Dans deux ouvrages qui déchaînent le scandale, Étude des faux classiques forgés par les savants de la dynastie Xin (Xinxue weijing kao, 1891) et Étude sur Confucius réformateur (Kongzi gaizhi kao, 1897), Kang Youwei systématise les recherches d'une longue lignée d'érudits, passant par Wei Yuan et Gong Zizhen, pour dénoncer la version officielle des classiques et proposer une nouvelle interprétation de Confucius fondée sur les « textes en écriture nouvelle », tels qu'on pouvait les reconstituer grâce aux commentaires de Gongyang du ~ iiie siècle. Selon Kang, le véritable sens du confucianisme est d'innover sans cesse pour faire progresser l'humanité vers l'âge d'or qu'il décrit dans le Livre de la Grande Unité (Datong shu), ébauché dès 1885, publié intégralement en 1935 seulement. Cette utopie socialiste, qui inspira Mao Zedong, voit l'abolition de la famille, des nations, de la propriété privée, et l'institution d'un gouvernement mondial. Pour y parvenir, Kang veut d'abord industrialiser la Chine et y introduire la monarchie constitutionnelle. Ses nombreuses pétitions appuyées par l'opinion lettrée, les conséquences de la défaite de 1895 et de la pénétration étrangère convainquent l'empereur de faire appel à ses services, en 1898. L'échec de la réforme des Cent Jours contraint Kang, suivi de son brillant disciple Liang Qichao, à un exil où, pendant quinze ans, il s'efforce d'organiser le soutien des Chinois d'outre-mer au mouvement constitutionnel en Chine. Resté fidèle à la dynastie, il appuie la tentative de restauration en 1917. Ses idées monarchistes et confucéennes l'opposent à la révolution intellectuelle du 4 mai 1919. Ayant perdu l'audience de ses contemporains, il se réfugie avec quelques-uns de ses disciples dans la littérature et la cosmologie.

—  Marianne BASTID

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KANG YOUWEI [ K'ANG YEOU-WEI ] (1858-1927)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le mouvement de 1898 »  : […] Pour beaucoup de jeunes intellectuels chinois, il devient urgent d'envisager des réformes beaucoup plus radicales. Leur porte-parole est Kang Youwei (1885-1927), un lettré cantonais influencé par l'école confucéenne dite Hanxue qui mettait l'accent sur les aspects non conformistes de la pensée de Confucius et sur la nécessité d'une critique radicale de l'ordre établi ; il s'intéressait en même te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_19309

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premières influences occidentales »  : […] On peut se demander si et dans quelle mesure l'influence de l'Occident par l'intermédiaire des missionnaires jésuites a joué un rôle dans ce qu'on a pu appeler la « renaissance » chinoise de l'époque mandchoue. La plupart des historiens chinois sont enclins à la nier, tandis que certains auteurs occidentaux veulent expliquer tout le mouvement des idées sous les Qing par l'impulsion reçue du père […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19309

HONG KONG

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • Pierre SIGWALT
  •  • 9 996 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une école de modernité politique »  : […] Bien qu'elle fût essentiellement vouée au commerce, la colonie, grâce à son système juridique protégeant la propriété et les droits des individus, fut aussi un lieu de liberté d'expression dont le cœur battait au même rythme que celui du peuple chinois. C'est à partir de l'île où il avait fait ses études de médecine que Sun Yat-sen dirigea nombre de soulèvements contre les Mandchous au tournant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hong-kong/#i_19309

LIANG QICHAO [LEANG K'I-TCH'AO] (1873-1929)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 958 mots

Le plus important chef de file des lettrés réformistes chinois au début du xx e  siècle, Liang Qichao fut le plus illustre élève de Kang Youwei. Ce fils de paysan, d'origine cantonaise, passe le premier grade des concours impériaux à l'âge de onze ans. Sa profonde connaissance des classiques lui permet d'obtenir le titre de juren (équivalant approximativement au diplôme des grandes écoles de Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liang-qichao-leang-k-i-tch-ao/#i_19309

XU BEIHONG [SIU PEI-HONG] ou JUPÉON (1895-1953)

  • Écrit par 
  • E. L. K. KEUNG, 
  • Q. L. WAN
  • , Universalis
  •  • 686 mots

Peintre et professeur d'art chinois, né le 19 juillet 1895 à Yixing (Jiangsu), mort le 26 septembre 1953 à Pékin. Xu Beihong (connu sous le nom francisé de Jupéon) apprend la peinture dans son enfance auprès de son père, Xu Dazhang, un portraitiste de renommée locale. Xu Beihong devient peintre professionnel ambulant et professeur d'art avant d'avoir vingt ans. Il visite Shanghai en 1912 et comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xu-jupeon/#i_19309

Pour citer l’article

Marianne BASTID, « KANG YOUWEI [K'ANG YEOU-WEI] (1858-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kang-youwei-k-ang-yeou-wei/