Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KAMPALA

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Ouganda : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ouganda : carte administrative

Capitale de l'Ouganda depuis 1962, Kampala présente la singularité d'être née d'une capitale précoloniale, le Kibuga, qui abritait le palais – lubiri − du roi (kabaka) du Buganda. Cette capitale africaine était installée sur un site de collines séparées par des marais où se tenaient les marchés. Au milieu du xixe siècle, lors de l'arrivée des Européens dans le royaume du Buganda, le palais royal était installé sur la colline de Mengo. Le Kibuga a attiré très tôt trafiquants, missionnaires, militaires, colonisateurs puis administrateurs coloniaux qui se sont installés sur les collines avoisinantes : les protestants à Namirembe, les catholiques à Rubaga et Nsambya, les musulmans à Kisubi et les commerçants, les militaires et les administrateurs sur la colline de Nakasero. La colonisation britannique de la capitale entre 1890 et 1894, la politique de l'Indirect rule et le partage du territoire du Buganda ont profondément marqué l'histoire urbaine de la capitale. À partir de 1900, les urbanistes européens ont délimité, planifié, construit une seconde ville accolée à la première. Aussi, jusqu'en 1966, l'agglomération urbaine était-elle composée de deux circonscriptions différentes, Kampala et Mengo, administrées par deux pouvoirs distincts, l'un africain et l'autre blanc, appliquant des lois différentes dans le cadre de deux idéologies urbaines éloignées. Le résultat donnait une agglomération duale.

La guerre civile qui dura de 1966 à 1986 a eu pour effet de gommer cette frontière et d'imposer une administration unique. L'absence d'entretien, pendant vingt ans, des services urbains (approvisionnement en eau, en électricité, réseaux routiers, etc.) et du parc immobilier a fait que la ville s'est taudifiée de manière relativement homogène. Depuis 1986, le retour à la paix, la politique de réhabilitation menée par le gouvernement et la nécessité d'offrir une vitrine urbaine décente aux diplomates et aux bailleurs internationaux ont concouru à rendre de nouveau la ville attrayante, à l'étaler aux mesures d'une agglomération d'environ trente kilomètres de rayon. Kampala compte au début du xxie siècle environ 1 million d'habitants dans ses limites de 1966, et 2 millions de personnes vivent dans l'agglomération. Cependant, la croissance économique et la reprise des investissements immobiliers et industriels et, surtout, l'application à partir des années 1990 d'une politique de gestion libérale des services urbains ont contribué à hétérogénéiser l'aire urbaine. Les quartiers desservis par les réseaux (routiers, de télécommunication, de voirie, etc.), proches du lac Victoria et les flancs − aérés − des collines ont été favorisés aux dépens des pentes et des bas-fonds, de l'hinterland septentrional de la ville et des zones dépourvues de ces réseaux.

— Bernard CALAS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de géographie à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne

Classification

Pour citer cet article

Bernard CALAS. KAMPALA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Ouganda : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ouganda : carte administrative

Autres références

  • BOUGANDA ou BUGANDA

    • Écrit par
    • 674 mots
    • 1 média

    Apparu dans l'histoire à la fin du xve siècle, le royaume du Bouganda n'est alors qu'une partie du puissant royaume de Bunyoro, régi par la dynastie Bito, qui couvre presque tout l'Ouganda actuel. Pendant trois siècles de rivalités incessantes, le Bouganda va rogner progressivement...

  • OUGANDA

    • Écrit par , , et
    • 9 757 mots
    • 8 médias
    ...fortes densités, qui atteignent parfois 400 habitants par kilomètre carré, se concentrent dans le sud, le long du littoral du lac Victoria, autour de la capitale Kampala, sur les pentes des massifs montagneux notamment du mont Elgon, du Ruwenzori, des Virunga et des montagnes du West Nile. Les faibles densités...
  • SOMALIE

    • Écrit par , , et
    • 10 618 mots
    • 7 médias
    ...harcèle les forces gouvernementales et l’Amisom quand il n’exporte pas sa violence au-delà des frontières de la Somalie. En effet, après les attentats de Kampala en Ouganda en juillet 2010, le Kenya est à son tour victime de sanglantes attaques. Le centre commercial de Westgate à Nairobi en septembre 2013...