KAMPALA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de l'Ouganda depuis 1962, Kampala présente la singularité d'être née d'une capitale précoloniale, le Kibuga, qui abritait le palais – lubiri − du roi (kabaka) du Buganda. Cette capitale africaine était installée sur un site de collines séparées par des marais où se tenaient les marchés. Au milieu du xixe siècle, lors de l'arrivée des Européens dans le royaume du Buganda, le palais royal était installé sur la colline de Mengo. Le Kibuga a attiré très tôt trafiquants, missionnaires, militaires, colonisateurs puis administrateurs coloniaux qui se sont installés sur les collines avoisinantes : les protestants à Namirembe, les catholiques à Rubaga et Nsambya, les musulmans à Kisubi et les commerçants, les militaires et les administrateurs sur la colline de Nakasero. La colonisation britannique de la capitale entre 1890 et 1894, la politique de l'Indirect rule et le partage du territoire du Buganda ont profondément marqué l'histoire urbaine de la capitale. À partir de 1900, les urbanistes européens ont délimité, planifié, construit une seconde ville accolée à la première. Aussi, jusqu'en 1966, l'agglomération urbaine était-elle composée de deux circonscriptions différentes, Kampala et Mengo, administrées par deux pouvoirs distincts, l'un africain et l'autre blanc, appliquant des lois différentes dans le cadre de deux idéologies urbaines éloignées. Le résultat donnait une agglomération duale.

Ouganda : carte administrative

Carte : Ouganda : carte administrative

Carte administrative de l'Ouganda. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La guerre civile qui dura de 1966 à 1986 a eu pour effet de gommer cette frontière et d'imposer une administration unique. L'absence d'entretien, pendant vingt ans, des services urbains (approvisionnement en eau, en électricité, réseaux routiers, etc.) et du parc immobilier a fait que la ville s'est taudifiée de manière relativement homogène. Depuis 1986, le retour à la paix, la politique de réhabilitation menée par le gouvernement et la nécessité d'offrir une vitrine urbaine décente aux diplomates et aux bailleurs internationaux ont concouru à rendre de nouveau la ville attrayante, à l'étaler aux mesures d'une agglomération d'environ trente kilomètres de rayon. Kampala compte au début du xxie siècle environ 1 million d'habitants dans ses limites de 1966, et 2 millions de personnes vivent dans l'agglomération. Cependant, la croissance économique et la reprise des investissements immobiliers et industriels et, surtout, l'application à partir des années 1990 d'une politique de gestion libérale des services urbains ont contribué à hétérogénéiser l'aire urbaine. Les quartiers desservis par les réseaux (routiers, de télécommunication, de voirie, etc.), proches du lac Victoria et les flancs − aérés − des collines ont été favorisés aux dépens des pentes et des bas-fonds, de l'hinterland septentrional de la ville et des zones dépourvues de ces réseaux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne

Classification

Autres références

«  KAMPALA  » est également traité dans :

BOUGANDA ou BUGANDA

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 671 mots
  •  • 1 média

Apparu dans l'histoire à la fin du xv e  siècle, le royaume du Bouganda n'est alors qu'une partie du puissant royaume de Bunyoro, régi par la dynastie Bito, qui couvre presque tout l'Ouganda actuel. Pendant trois siècles de rivalités incessantes, le Bouganda va rogner progressivement le Bunyoro. Au début du xix e  siècle, le Bouganda a pris le dessus et contrôle seul les routes commerciales fréque […] Lire la suite

OUGANDA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Odette GUITARD, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 742 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Dualisme culturel entre le nord et le sud »  : […] Au-delà d'une extrême variété de paysages, il existe deux ensembles distincts liés aux cultures vivrières dominantes : le sud et l'ouest, marqués par l'omniprésence du bananier, des légumineuses ou des tubercules, s'opposent aux régions céréalières du nord. Loin d'être le seul résultat des contraintes écologiques qui pèsent sur les systèmes agraires, cette distinction renvoie à des nuances aliment […] Lire la suite

SOMALIE

  • Écrit par 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Francis SIMONIS
  •  • 10 587 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Situation après l’intervention éthiopienne »  : […] Depuis le conflit qui les a opposés dans l’Ogaden en 1977-1978, l’Éthiopie considère son voisin somalien comme un ennemi potentiel dont il importe de diminuer la puissance. Soutenue par les États-Unis, elle intervient donc militairement à la fin de 2006, convaincue que les islamistes radicaux sont sur le point de prendre le pouvoir à Mogadiscio. La violence aveugle de son intervention qui cible i […] Lire la suite

Les derniers événements

11-26 juillet 2010 Ouganda. Attentats islamistes meurtriers

Dans un message diffusé au début du mois, le chef des milices Al-Shabab, Mohamed Abdi Godane, alias Abou Zubaïr, avait menacé Kampala et Bujumbura, accusant les soldats de l'Amisom d'être responsables de la mort de nombreux civils à Mogadiscio. Le 14, le président ougandais Yoweri Museveni se déclare prêt à envoyer des soldats supplémentaires en Somalie, appelant les autres États de la région à respecter l'objectif de déployer à terme vingt mille hommes dans ce pays. […] Lire la suite

2-29 août 1998 République démocratique du Congo. Tentative de renversement du régime de Laurent-Désiré Kabila

Le Rwanda et l'Ouganda dénoncent, quant à eux, depuis plusieurs mois l'incapacité de Kinshasa à mettre fin aux agissements des rébellions dirigées depuis le Kivu contre les régimes de Kigali et de Kampala. En juillet, le président Kabila a rompu avec ses anciens alliés en ordonnant le retrait des troupes étrangères de la république démocratique du Congo (R. […] Lire la suite

2-30 août 1996 Burundi. Isolement du pays

Le 16, les représentants des pays d'Afrique orientale réunis à Kampala (Ouganda) décident d'interdire l'entrée de leur territoire aux putschistes burundais. Le 20, le major Buyoya limoge les chefs d'état-major de l'armée et de la gendarmerie qui étaient mentionnés dans le rapport des Nations unies, publié le 14, sur la tentative de putsch d'octobre 1993 au cours de laquelle le président hutu Melchior Ndadaye avait été assassiné. […] Lire la suite

3-10 février 1993 Vatican – Afrique. Voyage du pape Jean-Paul II au Bénin, en Ouganda et au Soudan

Le 5, Jean-Paul II arrive à Kampala, en Ouganda, pays qui s'oriente lentement vers la démocratie. Il exhorte la population à la « réconciliation » nationale. Le 6, évoquant le fléau du sida – 10 p. 100 des Ougandais seraient séropositifs –, le souverain pontife réaffirme que « le contrôle de soi et la chasteté sont les seuls moyens vertueux et sûrs » de lutter contre l'épidémie. […] Lire la suite

17-30 janvier 1986 Ouganda. Victoire des rebelles de Yoweri Museveni, nommé chef de l'État

), dirigés par Yoweri Museveni, les combats reprennent dans les environs immédiats de Kampala, provoquant des réactions de panique dans la capitale. Le 23, après plusieurs jours de tirs d'artillerie lourde et de combats de rue, la N.R.A. prend le contrôle de plusieurs points stratégiques à l'intérieur même de la ville. Le 25, la capitale tombe entièrement aux mains des rebelles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CALAS, « KAMPALA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kampala/