JULIETA (P. Almodóvar)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art du mélodrame

Comme de nombreux films d’Almodóvar, Julieta parle de deuil, d’abandon, de famille fracassée. Comme si, à travers ses portraits de femmes de plus en plus déchirées, il ne cessait de revivre le traumatisme d’un choc historique dont son cinéma de la Movida fut à la fois le symptôme et un des ferments. Plus encore que de Parle avec elle, Julieta se rapproche de La Fleur de mon secret, œuvre sobre et sourde dont le titre paraît inviter d’emblée le spectateur à déchiffrer ce que l’auteur dissimule derrière les péripéties romanesques et le chromatisme chatoyant de la forme. Dans Julieta, le rouge vif est toujours présent, comme la signature d’un peintre. Le jaune canari l’accompagne, mais ces couleurs sont contenues dans des formes aux contours nets – meubles, bibelots, effets d’éclairage, détails vestimentaires –, qui prennent leur place dans une composition de l’image dont la précision évoque de plus en plus Fritz Lang ou Alfred Hitchcock. Un exemple saisissant en est donné à voir dans la rigueur avec laquelle Almodóvar choisit de filmer les deux appartements de l’héroïne, qui représentent les deux morceaux de sa vie brisée ; le spectateur passe de l’un à l’autre, grâce à une lecture fluide, un balisage minutieux des indices, tout en visualisant la topographie de chacun des lieux. Rendu ainsi lisible, chaque élément du décor est dès lors perçu comme un recoin de l’imaginaire et de la psyché de Julieta, une pièce du puzzle que le spectateur finit par reconstituer avec un temps d’avance sur la protagoniste.

Cette même stabilité de la lecture permet à l’idée dramatique la plus déraisonnable du film de s’imposer à nous sans nous troubler : le passage d’une actrice à une autre (Emma Suárez et Adriana Ugarte) pour interpréter le même personnage, à la faveur de l’artifice d’une serviette de bain qui sèche des cheveux. Toute la logique paradoxale du film se cristallise dans cet instant de pure poésie, sans troubler le cours d’une intrigue qui se déroule comme un de ces mélodrames mâtinés de film noir qui fleurissaient à Hollywood dans les années 1940.

Cette r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, rédacteur à la revue Positif

Classification

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « JULIETA (P. Almodóvar) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julieta/