ABSALON JULIEN (1980- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré un brillant palmarès, Julien Absalon demeure un champion quelque peu méconnu. En effet, sa discipline, le V.T.T., ne fait brièvement la une de l'actualité sportive que tous les quatre ans, à l'occasion des jeux Olympiques. En outre, c'est un homme humble et discret, qui se plaît à s'entraîner dans les vastes étendues de la forêt vosgienne qui borde la bourgade où il vit, Raon-aux-Bois, non loin d'Épinal.

Julien Absalon

Photographie : Julien Absalon

En 2004, aux Jeux d’Athènes, le Français Julien Absalon, maître de sa technique et de sa tactique, se joue des pièges du parcours de cross-country tracé sur les sentiers poussiéreux du mont Parnès : il devient champion olympique de V.T.T., devançant le meilleur de ses rivaux, l'Espagnol... 

Crédits : Thomas Coex/ AFP

Afficher

Julien Absalon est né le 16 août 1980 à Remiremont (Vosges). L'adolescent découvre le plaisir des promenades cyclistes en forêt à partir de 1995 grâce à un voisin, Patrick Vuillemin, qui l'initie à cette forme de pratique sportive. Séduit, Julien Absalon délaisse le judo et opte pour le V.T.T. Quelques mois plus tard, Gérard Brocks, qui s'occupe du comité cycliste de Lorraine, le prend sous son aile. Dès lors, la collaboration entre les deux hommes ne cessera pas, Absalon considérant Brocks comme son mentor. En outre, Julien connaîtra la douleur de perdre son père en 2001, et Brocks deviendra pour lui une nouvelle figure paternelle rassurante.

En 1998, à Mont-Saint-Anne (Canada), Absalon est champion du monde junior de cross. Ce titre lui ouvre de nouveaux horizons, lui permet d'intégrer une structure semi-professionnelle. Mais il suit à la lettre les conseils de Gérard Brocks – cette démarche sera une constante pour ce garçon sérieux, travailleur, qui prend avant tout un grand plaisir dans la pratique de son sport. Il est champion du monde chez les espoirs en 2001, mais, bouleversé par le décès brutal de son père, il songe un instant à abandonner la compétition. Sa fiancée, Émilie – qui deviendra son épouse en 2004 – et Gérard Brocks l'en dissuadent rapidement. En 2003, il est champion de France dans la catégorie élite, et prépare les jeux Olympiques d'Athènes.

L'année 2004 voit la consécration de Julien Absalon. À l'issue d'une course parfaitement maîtrisée sur le circuit de Parnitha, près d'Athènes, il devient champion olympique, devant l'Espagnol José Antonio Hermida et le Néerlandais Bart Brentjens. En franchissant la ligne d'arrivée en vainqueur, il lève les bras vers le ciel, en hommage à son père disparu. Diverses sollicitations médiatiques s'ensuivent et il connaît une inattendue notoriété. Mais, peu après les Jeux, les Championnats du monde ont lieu aux Gets (Haute-Savoie). Brocks convainc son élève de participer à cette compétition, et Absalon obtient son premier titre de champion du monde élite. Dès lors, il devient le maître du V.T.T. dans la discipline du cross. Chacun rêve d'évincer le Vosgien du trône mondial ; mais tous échouent. Julien Absalon semble prendre un malin plaisir à martyriser ses concurrents sur tous les parcours. À des qualités physiques remarquables, il ajoute une maîtrise technique absolue. Il se joue de toutes les chausse-trapes des terrains cahoteux. « Quand on le voit, tout semble facile », indique son ami Fabien Barel, spécialiste de la descente en V.T.T. Les titres se succèdent : Absalon est champion du monde en 2005, 2006 et 2007. Mais cette trajectoire exceptionnelle connaît un brutal coup d'arrêt quelques semaines avant les Jeux de Pékin : vaincu par une coalition suisse, il abandonne lors des Championnats du monde de Val di Sole ; il subit son premier échec depuis 2004, et celui-ci est cuisant. Il est de nouveau battu à l'occasion de plusieurs épreuves. Le maître du V.T.T. a chuté de son piédestal, et le doute pourrait bien s'insinuer à l'approche du rendez-vous olympique. Gérard Brocks décide de prendre un risque : alors que Julien ne devait pas participer aux compétitions programmées au Canada peu avant les Jeux, il le convainc de se rendre outre-Atlantique, pour se refaire une santé psychique. Ce choix fut le bon.

Le 23 août 2008, sur le difficile circuit de Laoshan, tracé à une trentaine de kilomètres de Pékin, Julien Absalon met en œuvre une tactique éprouvée depuis des années : il accélère l'allure dès le début du troisième des huit tours, écœure les Suisses, dont le champion du monde Christoph Sauser, et part seul. La suite n'est que virtuosité. Julien Absalon est champion olympique pour la seconde fois consécutivement, alors que Jean-Christophe Peraud, médaillé d'argent, complète le triomphe des Tricolores.

Pour mesurer l'exploit du Vosgien, il suffit de dire qu'un seul des champions olympiques français d'Athènes en 2004 à titre individuel s'est imposé à Pékin : il se nomme Julien Absalon. « Il y a encore des challenges à inventer », déclare-t-il après son succès.

En 2009, il doit se contenter de la deuxième place aux Championnats du monde de Canberra, devancé au sprint par le jeune Suisse Nino Schurter. Il remporte par ailleurs le classement général de la Coupe du monde pour la cinquième fois (après 2003, 2006, 2007 et 2008). Victime d’une crevaison, il est contraint à l’abandon lors des jeux Olympiques de Londres, en 2012, ce qui constitue pour lui une immense déception.

En 2014, Julien Absalon remporte la Coupe du monde pour la sixième fois. Surtout, il s’adjuge son cinquième titre de champion du monde, en maîtrisant le circuit de Hafjell (Norvège) : il devance le Suisse Nino Schurter de près de 2 minutes. Il considère ce titre comme un des plus importants, car il ne l’avait plus obtenu depuis 2007 et il est le signe d’un renouveau.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  ABSALON JULIEN (1980- )  » est également traité dans :

PÉKIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [2008] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 923 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « 23 août »  : […] Dernières épreuves d'athlétisme au « nid d'oiseau ». Le Kenyan Wilfred Bungei remporte le 800 mètres ; Ismail Ahmed Ismail, deuxième, apporte au Soudan la première médaille de son histoire olympique. Kenenisa Bekele prend la course en main à quatre tours de l'arrivée et s'adjuge de belle manière le 5 000 mètres (12 min 57,82 s), réalisant le doublé 5 000-10 000 mètres. Déjà vainqueur en 2004 à Ath […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ABSALON JULIEN (1980- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-absalon/