TAYLOR JOSEPH HOOTON (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 29 mars 1941 à Philadelphie (Pennsylvanie), Joseph Hooton Taylor est le fils de fermiers quakers. Après des études à Harvard, où il soutint sa thèse en astronomie en 1968, il enseigna à l'université du Massachusetts à Amherst de 1969 à 1980, puis fut professeur à l'université de Princeton de 1980 à 2006.

En 1974, l'étudiant qu'il encadrait pour son travail de doctorat, Russell Alan Hulse, détecta avec le radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico) de nouveaux pulsars dont un, dénommé PSR 1913+16, se révéla posséder des caractéristiques étonnantes. Sa période, de 59 millisecondes en moyenne, varie de manière intermittente de quelque 5 microsecondes sur un cycle de 7,75 heures. Hulse et Taylor comprirent qu'il s'agit d'un pulsar binaire, l'étoile à neutrons responsable du signal radioélectrique intermittent étant en orbite très excentrique autour d'une autre étoile à neutrons, elle-même invisible ; la variation de la période des détections pouvait donc être due à l'effet Doppler-Fizeau. Après quatre années d'observations et d'analyses très minutieuses, Taylor put montrer que cette période orbitale diminue régulièrement de quelque 75 millionièmes de seconde par an, et que cela était la preuve que le couple perd de l'énergie conformément aux prédictions de la relativité générale d'Einstein. Cette preuve (indirecte) de l'existence d'ondes gravitationnelles valut à Taylor de recevoir le prix Nobel de physique en 1993, prix partagé avec Hulse, qui avait entre-temps abandonné l'astronomie. L'utilisation de superordinateurs permit à l'équipe de Taylor de découvrir, durant les années 1990, de nombreux autres pulsars et, en particulier, une vingtaine ayant des périodes de l'ordre de la milliseconde.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  TAYLOR JOSEPH HOOTON (1941- )  » est également traité dans :

HULSE RUSSELL ALAN (1950- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 315 mots

Né le 28 novembre 1950 à New York (États-Unis), Russell Alan Hulse était encore étudiant à l'université du Massachusetts à Amherst lorsqu'il fit la découverte qui lui valut de partager avec son directeur de thèse, Joseph Hooton Taylor, le prix Nobel de physique en 1993. En 1974, il détecta avec le radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico) de nouveaux pulsars dont un, dénommé 1913+16, se révéla posséd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russell-alan-hulse/#i_19317

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La première détection indirecte des ondes gravitationnelles : le pulsar binaire PSR 1913+16 »  : […] Puisque les ondes transportent de l’énergie, et que la quantité totale d’énergie est conservée dans toutes les théories physiques admises, observer dans un système de grande masse une perte d’énergie mécanique supérieure à l’énergie électromagnétique qu’il émet constitue une preuve indirecte de l’existence des ondes gravitationnelles. C’est ce qu’ont mis en évidence l’astronome américain Joseph H. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-gravitationnelles/#i_19317

PULSARS

  • Écrit par 
  • Jean-François LESTRADE
  •  • 2 945 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pulsars et tests de la relativité générale »  : […] La découverte du premier pulsar binaire en 1974 par les astronomes américains Russel A. Hulse et Joseph H. Taylor conduisit à revoir la théorie de la formation des pulsars mais, surtout, fournit un laboratoire extraordinaire pour tester la théorie de la gravitation d'Einstein, la relativité générale. En particulier, les chronométrages de haute précision des pulsars binaires PSR 1534+12 et PSR 191 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsars/#i_19317

RELATIVITÉ - Relativité générale

  • Écrit par 
  • Thibault DAMOUR, 
  • Stanley DESER
  •  • 12 096 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rayonnement gravitationnel »  : […] Un autre domaine de la relativité générale qui suscite des recherches très actives, tant du point de vue théorique que du point de vue expérimental, est celui des champs gravitationnels rapidement variables, lesquels, une fois engendrés dans la source, s'en éloignent sous la forme d' ondes gravitationnelles. D'où trois problèmes séparés : celui de la génération, celui de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-generale/#i_19317

TROUS NOIRS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LUMINET
  •  • 12 631 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Collisions de trous noirs et ondes gravitationnelles »  : […] L'hypothèse d’une collision entre deux trous noirs peut à première vue paraître surprenante quand on sait que les trous noirs sont excessivement rares. Cependant, au moins la moitié des étoiles appartiennent à des systèmes doubles. Les couples d’étoiles initialement très massives peuvent donc parfaitement, au terme de leur évolution, former des couples de trous noirs stellaires. Selon la théorie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trous-noirs/#i_19317

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « TAYLOR JOSEPH HOOTON (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-hooton-taylor/