WINKLER JOSEF (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le discours prononcé à Darmstadt à l'occasion de la remise du prix Büchner en 2008, Josef Winkler, né en 1953 en Autriche, raconte que sa toute première rencontre avec les livres se produisit lorsqu'il avait une dizaine d'années et qu'elle fit naître en lui un besoin de lecture si impérieux qu'il l'incita à dérober à son père – redoutable et redouté – l'argent que ce dernier lui refusait. Le jeune garçon découvrit ainsi La Peste, puis les autres livres de Camus, les existentialistes français, Soljénitsyne, Hans Henny Jahnn et surtout Jean Genet (qui lui a appris, dit-il, à faire passer sa rébellion dans l'écriture et auquel il a consacré un livre, Das Zöglingsheft des Jean Genet [Le Cahier d'écolier de J.G.], 1992), et Julien Green, dont les restes reposent dans la ville de Klagenfurt, proche du village natal de Winkler.

Rien ne semblait prédisposer ce fils de paysans d'une bourgade retirée de Carinthie, dans le sud de l'Autriche, à devenir l'un des plus importants écrivains de sa génération. Rien si ce n'est le besoin impérieux de faire éclater le cadre étroit d'une éducation étouffante, soumise aux archaïsmes mortifères d'une famille conservatrice, d'un catholicisme castrateur, et d'un village, Kamering, reconstruit en forme de croix après avoir été réduit en cendres en 1897. Un siècle plus tard, le village tout entier porte et expie encore la faute. C'est dans ce climat sacrificiel que grandit le jeune Winkler. Quelques années plus tard, un événement tragique – le suicide de deux jeunes garçons à qui l'on refuse le droit de s'aimer – le bouleverse profondément. Il commence à tenir un journal, écrit un premier récit (publié dans la revue Manuskripte), dont il reprendra et développera le thème dans son premier roman, Menschenkind (L'Enfant, 1979).

Winkler publie dans la foulée Der Ackermann aus Kärnten (Le Paysan de Carinthie) et, en 1992, Muttersprache (Langue maternelle, 2008). Avec ce dernier roman, il achève la trilogie réunie ultérieurement sous le titre Das wilde Kärnten (La Carinthie sauvage). Ces trois romans so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification


Autres références

«  WINKLER JOSEF (1953- )  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le théâtre et la poésie »  : […] La critique des grandes institutions – politiques, religieuses et artistiques – nourrit depuis des décennies les œuvres romanesques de nombreux écrivains. En juin 2000, Elfriede Jelinek faisait jouer dans la rue Das Lebewohl (Les Adieux), un monologue dramatique qui salue le vrai-faux retrait du libéral-populiste Jörg Haider. Au même moment, elle interdisait, comme Thomas Bernhard en son temps, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_43195

Pour citer l’article

Nicole BARY, « WINKLER JOSEF (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-winkler/