SALK JONAS EDWARD (1914-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jonas Salk

Jonas Salk
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Jonas Salk

Jonas Salk
Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Inventeur du vaccin contre la poliomyélite, Jonas Salk est mort, victime d'un infarctus du myocarde, le vendredi 23 juin 1995 à La Jolla (Calif.). C'était l'une des plus chaleureuses personnalités de la biologie du xxe siècle, l'un des rares chercheurs qui ait réussi à associer son nom à un vaccin. Jonas Edward Salk était né à New York le 28 octobre 1914, dans une famille d'immigrés juifs polonais. C'est grâce à l'octroi de différentes bourses de l'État américain qu'il a pu mener à bien ses études dans diverses disciplines scientifiques. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la mise au point des premières méthodes de culture cellulaire permettant la culture in vitro, sur ces cellules, du virus poliomyélitique a permis au docteur Salk (au sein du laboratoire de virologie qu'il dirigeait à l'École de médecine de l'université de Pittsburgh) de développer avec succès ses travaux sur la vaccination contre la poliomyélite, cette redoutable maladie virale qui sévissait alors sur un mode quasi endémique. L'objectif est atteint en 1954. Le “vaccin Salk”, qui renfermait des virus inactivés en suspension inoculable, sera homologué dès l'année suivante par les autorités sanitaires américaines. L'efficacité de cette première parade vaccinale est vite établie à l'occasion des épidémies de poliomyélite qui touchaient alors les États-Unis. Dans les années qui suivirent, le docteur Salk fut amené à croiser le fer avec un autre chercheur, Albert Bruce Sabin, qui avait mis au point un autre type de vaccin, à partir d'un virus vivant atténué, administré par voie buccale, ce qui reproduisait les modalités naturelles de l'infection. Travailleur sans limites, auteur de plusieurs essais philosophiques, le docteur Salk réussit à créer à La Jolla, dans les années 1960, un institut portant son nom et qui acquit rapidement une réputation internationale. À la fin de sa vie, le docteur Salk s'est intéressé au développement d'un vaccin anti-sida à partir de VIH inactivé, destiné aux personnes déjà infectées dans le but de les aider à augmenter leur réponse immunitaire. Héritier de la tradition pastorienne, le docteur Salk est mort avant de savoir si ses derniers travaux constituaient un progrès thérapeutique du même ordre que celui, préventif, qu'il avait su réaliser vis-à-vis de la poliomyélite.

—  Jean-Yves NAU

Écrit par :

  • : docteur en médecine, journaliste, chroniqueur médical sur le site d'information Slate.fr

Classification

Pour citer l’article

Jean-Yves NAU, « SALK JONAS EDWARD - (1914-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jonas-edward-salk/