CHADWICK JOHN (1920-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir commencé des études de philologie classique à Cambridge, John Chadwick fut employé quelque temps pendant la Seconde Guerre mondiale par les services secrets de la marine britannique à Alexandrie chargés de décrypter les messages italiens. Cette expérience a joué un grand rôle dans sa formation. John Chadwick a souvent souligné qu'un code secret finissait toujours par « craquer », pourvu que l'on dispose d'un nombre suffisant de documents et que l'on étudie soigneusement les séquences récurrentes. Dès 1946, après avoir obtenu son diplôme à Cambridge, tout en commençant une brillante carrière de philologue classique, Chadwick s'intéresse aux écritures égéennes, notamment à la plus récente d'entre elles, le Linéaire B, attesté à la fois à Cnossos en Crète vers 1400 avant J.-C. et à Pylos en Messénie vers 1200. Le 10 juillet 1952, il entendit le jeune architecte Michaël Ventris expliquer à la B.B.C. qu'il était « arrivé à la conviction que le Linéaire B était un syllabaire notant une forme archaïque de grec ». Pendant quatre jours, Chadwick appliqua la grille proposée par Ventris à un certain nombre de textes : non seulement il découvrit plusieurs mots grecs non signalés par Ventris, mais il nota que le grec ainsi révélé était exactement la forme très archaïque de dialecte arcado-chypriote qu'un linguiste pouvait s'attendre à trouver dans le monde grec cinq siècles avant Homère. Convaincu de la validité du déchiffrement, Chadwick écrivit à Ventris pour lui proposer sa coopération « en tant que pur philologue » ; ainsi commença une collaboration scientifique de quatre ans qui prit fin avec la mort de Ventris lors d'un accident de la route en 1956.

Les deux hommes présentèrent leurs découvertes dans un article du Journal of Hellenic Studies de 1953 qui fit grand bruit, « Evidence for Greek Dialect in the Mycenaean Archives ». L'importance historique du déchiffrement était considérable : il montrait non seulement que les Mycéniens étaient des Grecs, ce dont certains doutaient en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'histoire grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CHADWICK JOHN (1920-1998)  » est également traité dans :

ACHÉENS

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 530 mots

Dans le chapitre « La langue »  : […] Seul le problème posé par la langue est aujourd'hui résolu. Les travaux de Ventris et Chadwick ont fait la quasi-unanimité des historiens et des linguistes : les tablettes du linéaire B qui jalonnent le monde achéen nous restituent, non un alphabet, mais le syllabaire achéen : il comporte 64 ou 87 signes dérivés, sous une forme améliorée, du linéaire A, écriture minoenne non déchiffrée importée e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acheens/#i_70048

DORIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 2 103 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théories récentes »  : […] Constatant qu'on n'avait pu identifier aucune trace incontestable de l'arrivée des Doriens, certains archéologues en ont conclu qu'il fallait rejeter totalement l'hypothèse d'une migration dorienne, qualifiée d' archaeological non-fact . Un tel argument est extrêmement faible : des nouveaux venus qui partagent les coutumes de ceux qu'ils envahissent, ou qui en adoptent très vite les usages, ne son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/doriens/#i_70048

Pour citer l’article

Pierre CARLIER, « CHADWICK JOHN - (1920-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-chadwick/