EWALD JOHANNES (1743-1781)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un pasteur piétiste du Sønderjylland (Danemark), tracassé par un tempérament irrémédiablement fantaisiste, bohème, maladif — il mourra de tuberculose dans sa trente-septième année —, Ewald se définissait lui-même comme une sorte de Don Quichotte « qui a toujours été amant de la liberté jusqu'à l'enthousiasme », en outre doué « d'une véhémente puissance d'imagination ». Des amours malheureuses, une carrière chaotique donneraient volontiers à penser qu'il s'est jeté sur l'écriture pour pallier les travers d'une existence qui, de toute façon, ne pouvait satisfaire les « failles » qu'il apercevait dans son « développement ».

Ewald débute par un récit allégorique à la mode du temps, Le Temple du bonheur (1763), suivi d'une tragédie à la française, en alexandrins, Adam et Ève (1768), où il médite sur le péché originel. Puis il découvre Saxo Grammaticus et son exaltation des grandeurs nationales, et rédige, en prose, la tragédie Rolf Krage (1770) qui préfigure la poésie héroïque du romantisme scandinave. Il vit de poèmes de circonstance, genre où il est resté maître, sur quoi un séjour à Rungstedlund — qui sera un jour la résidence de Karen Blixen qui lui a dûment rendu hommage dans ses Essais —, lui inspire un chef-d'œuvre en vers, toujours inspiré de Saxo, également sur un sujet scandinave ancien : La Mort de Balder (1773), évoquée dans une perspective très racinienne de la fatalité de la passion. Dans la pièce sont intercalés des morceaux lyriques chantés, comme le célèbre trio des Valkyries, formule qui connaîtra une longue fortune au Danemark. C'est à Rungstedlund également qu'Ewald compose une ode religieuse à la manière de Klopstock, Les Félicités de Rungstedlund, qui reste un des chefs-d'œuvre mystiques et lyriques de la poésie danoise. Puis, sous l'influence de Sterne, il rédige une manière d'autobiographie, Vie et opinions (1774-1778), où il entend approfondir, à travers son propre exemple, « la connaissance du cœur humain [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  EWALD JOHANNES (1743-1781)  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La Réforme, Renaissance et « classicisme » »  : […] Avec le passage du catholicisme au luthéranisme, au début du xvi e  siècle, le paysage mental va changer. Toute une littérature pamphlétaire va voir le jour. L'œuvre la plus solide reste pourtant la traduction danoise de la Bible, qui parut en 1550. Au cours de ce siècle, les manuels de théologie de Niels Hemmingsen (1515-1600), élève de Melanchton, faisaient autorité dans le monde luthérien. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_11560

Pour citer l’article

Régis BOYER, « EWALD JOHANNES - (1743-1781) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-ewald/