TIMONEDA JOAN (1518?-1583)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Valence, ce tanneur, devenu libraire vers 1547, se fait connaître à partir de 1553 en éditant ses œuvres ou celles de ses amis. À sa mort, il jouit d'une confortable aisance dont témoigne son testament. Cette biographie embourgeoisée et sa culture d'autodidacte boulimique ont pu conduire certains historiens à le qualifier d'« honnête boutiquier » ou de « vulgarisateur de profession » (H. Mérimée). Une plus juste estimation de sa double activité d'éditeur et d'écrivain permet de le situer parmi les médiateurs fondamentaux de l'« esprit nouveau », à Valence comme dans l'ensemble d'un royaume que Philippe II s'emploie à centraliser. Timoneda le Valencien écrira en castillan pour un public dont il devine et partage les aspirations à une culture non académique, mieux intégrée à trame des travaux et des jours. Il comprend et défend la modernité du théâtre de Lope de Rueda, acteur et directeur de troupe, assurant la survie de textes voués à l'éphémère existence de la représentation : éditions de El Deleytoso, 1567 ; Registro de representantes, 1570, recueils de pasos (intermèdes) ; et des Quatre Comédies et deux colloques pastoraux, 1566. Cette initiative, d'une importance considérable, ne doit pas faire oublier le rôle tenu par Timoneda, expérimentateur de toutes les voies de la création littéraire. Il contribue au large mouvement de fixation et d'évolution des Romances : Rosa Gentil, Rosa de Amor, Rosa Española (1573). Ces florilèges, où figurent encore les vieilles ballades médiévales, marquent la transition vers un romancero nouveau, source fondamentale de la comedia lopesque. Plus que les recueils d'historiettes plaisantes (Sobremesa y alivio de caminantes, 1563 ( ?), El Buen Aviso y portacuentos, 1564), les nouvelles du Patrañuelo, 1566, constituent un jalon important dans l'évolution de la prose romanesque du xvie siècle. Sans prétendre égaler les innombrables modèles dont s'inspire sa marqueterie de contes et de récits italiens ou gréco-latins, Timoneda y affirme un ton f [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître assistant à l'U.E.R. d'études ibériques de l'université de Paris-IV

Classification


Autres références

«  TIMONEDA JOAN (1518?-1583)  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine du genre »  : […] La Fête-Dieu, solennité printanière propice aux représentations de plein air, était, bien avant 1580, l'occasion de spectacles populaires, comiques ou dévots, plus ou moins liés au culte du Saint-Sacrement. Les foules étaient attirées ce jour-là par une procession joyeuse que les corporations animaient de leurs « inventions » dans les villes populeuses. Certaines pièces montrent déjà un souci de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_4308

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Romancero nuevo »  : […] Face aux romances viejos , composés d'éléments surtout traditionnels, chaque pièce du romancero nuevo est avant tout, même si elle est restée anonyme, l'expression directe d'un créateur individuel, et soumise à l'influence du mouvement littéraire, chose inconcevable pour un romance viejo. Ses premières manifestations sont plutôt l'œ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_4308

Pour citer l’article

Bernard GILLE, « TIMONEDA JOAN (1518?-1583) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-timoneda/