JEUX OLYMPIQUESLes boycottages des Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des raisons cachées en 1980 et en 1984 ?

Les boycottages des Jeux de 1980 et de 1984 sont présentés par leurs initiateurs comme des actes politiques forts destinés à marquer l'opinion internationale, et uniquement comme tels. En fait, comme souvent, les motivations s'avèrent plus complexes. Concernant les Jeux de Moscou, Jimmy Carter n'invoque que l'invasion de l'Afghanistan par l'Armée rouge. Mais il existe des raisons plus obscures. Sur le plan intérieur, sa cote de popularité se trouve au plus bas, à quelques mois de l'élection présidentielle, l'opinion lui reprochant notamment de laisser le pays s'empêtrer dans l'affaire des otages de l'ambassade américaine à Téhéran. Il lui faut un acte fort pour tenter de redresser la barre : boycotter les Jeux de Moscou sera celui-ci. En outre, aux Jeux de Montréal, en 1976, les États-Unis ont essuyé un camouflet sportif : avec trente-quatre médailles d'or, ils ont été devancés au classement des nations non seulement par l'U.R.S.S. (quarante-neuf médailles d'or), mais aussi par la R.D.A. (quarante médailles d'or). Or tout indique que, à Moscou, l'humiliation serait plus importante encore... De ce point de vue, le boycottage des Jeux sied parfaitement aux dirigeants du mouvement olympique américain.

De même, si Konstantin Tchernenko, le numéro un soviétique, prit officiellement la décision de boycotter les Jeux de Los Angeles, l'un des principaux instigateurs de cette affaire est Marat Gramov, président du Comité national olympique soviétique et ministre des Sports de l'U.R.S.S., appuyé par Mikhaïl Gorbatchev. Quelques semaines plus tôt, les Jeux d'hiver de Sarajevo avaient vu une révolution dans le bilan des nations : pour la première fois, la petite R.D.A. occupait la première place, devant l'U.R.S.S. Or tout indique que la R.D.A. pourrait bien devancer de nouveau l'U.R.S.S. à l'occasion des Jeux d'été de Los Angeles. Un tel revers, en territoire américain, donc ennemi, constituerait un camouflet pour Moscou et coûterait sans nul doute sa carrière à Gramov. Pour lui, il est donc plus « sage » de ne pas participer aux Jeux. G [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

France – Chine. Annulation du sommet sino-européen. 13 novembre - 8 décembre 2008

les jeux Olympiques. Le 26, Pékin annonce sa décision de ne pas participer au sommet entre l'Union européenne et la Chine qui doit se tenir à Lyon le 1er décembre. La Commission européenne annule la réunion, précisant que la décision chinoise est motivée par la visite du dalaï-lama […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-boycottages-des-jeux/