JEUX OLYMPIQUESLe relais de la flamme olympique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pérennisation du relais

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le C.I.O. souhaite que les Jeux reprennent au plus vite, c'est-à-dire en 1948 pour respecter le rythme quadriennal de l'événement. Dès août 1945, Londres est choisie pour accueillir les Jeux ; puis ce choix est confirmé officiellement en juin 1946. Le mouvement olympique doit résoudre de multiples problèmes. Il lui faut aussi se pencher sur la question du relais de la flamme olympique : le C.I.O. peut-il, en pérennisant ce relais, devoir à Goebbels l'un de ses symboles forts ? En fait, à l'image de l'attitude « bienveillante » qu'il eut vis-à-vis des Jeux de Berlin, le C.I.O. « oublie » Goebbels. Il préfère se rappeler que la référence à l'Antiquité fut toujours présente dans l'œuvre de Coubertin, que des « courses aux flambeaux » se déroulèrent à l'occasion du congrès fondateur de la Sorbonne en 1894 ; il évoque l'ancienne trêve olympique, la phrase de Coubertin affichée lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Los Angeles en 1932 (« Que la torche olympique suive son cours à travers les âges pour le bien d'une humanité toujours plus ardente, courageuse et pure »). Il considère en définitive que le « créateur » du relais ne fut pas le ministre de la Propagande du régime nazi, mais Carl Diem, lequel n'a pas été inquiété lors des opérations de dénazification.

Le relais est donc maintenu et devient même, en cette année 1948, le « relais de la paix ». Ainsi, le premier porteur de la torche, Coropral Dimitrelis, un soldat grec, pose son arme et ôte son uniforme pour courir en tenue d'athlète. Mille six cent quatre-vingt-huit relayeurs, représentant huit pays, se transmettent la torche ; des fêtes sont organisées lors du passage des frontières pour célébrer la paix retrouvée ; une cérémonie se déroule au cimetière Bois-de-Vaux à Lausanne, sur la tombe de Coubertin. John Mark, athlète et étudiant en médecine, embrase la vasque.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Le relais de la flamme olympique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-le-relais-de-la-flamme-olympique/