JEREMIAH JOHNSON, film de Sydney Pollack

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme de la montagne

Mountain Man (1966), le titre du roman dont le film est tiré, convient bien mieux à l'histoire qui nous est racontée ici, celle d'un homme qui abandonne les signes inutiles de sa culture d'origine, à commencer par son nom. Griffe d'ours ne l'appelle d'ailleurs pas Jeremiah mais « Pèlerin ». « La montagne a ses lois, Pèlerin. Ce que t'as appris en bas ne te servira à rien ici. » La limitation du vocabulaire n'empêche cependant pas d'aborder les questions essentielles – il suffit d'employer des métaphores. Après le massacre, par exemple, Griffe d'ours entend partager l'amertume de Jeremiah en remarquant simplement que « l'hiver reste longtemps, à cette hauteur » – c'est-à-dire que le cœur de son ami n'est pas près de se réchauffer.

Face aux coutumes indiennes, le film professe un relativisme qui confine à l'« anthropologie symétrique » chère à Bruno Latour : les superstitions des Pieds-Noirs valent exactement autant que la religion des Blancs, et toutes les langues sont également dignes d'être apprises pour autant qu'elles servent à désigner des objets utiles à la survie. Mais, dans le même temps, il ne glisse pas jusqu'au relativisme intégral, et met en avant le « sens commun » qui nous permet de décider intuitivement de la valeur des choses en nous servant de notre « corps comme instrument de mesure » (pour citer Jean-Marc Leveratto, un autre sociologue). Ainsi un meurtre reste-t-il un acte ignoble même perpétré pour de bonnes raisons, et un mauvais plat reste-t-il un mauvais plat, même cuisiné par une squaw attentionnée...


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JEREMIAH JOHNSON, Sydney Pollack  » est également traité dans :

POLLACK SYDNEY (1934-2008)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 801 mots

Sydney Irwin Pollack est né le 1 er  juillet 1934 à Lafayette, dans l'Indiana. Ses études terminées, il s'installe en 1952 à New York où il suit les cours d'art dramatique de Sanford Meisner à la Neighborhood Playhouse School of the Theatre. Après avoir servi deux ans sous les drapeaux, il reprend les cours de la Neighborhood tout en commençant à se produire sur scène. En 1959, il fait ses débuts […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « JEREMIAH JOHNSON, film de Sydney Pollack », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeremiah-johnson/