CHARBONNIER JEAN-PHILIPPE (1921-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anshan, combinat sidérurgique

Anshan, combinat sidérurgique
Crédits : Hulton Getty

photographie

Aciérie du groupe Tata en Inde, J.-P. Charbonnier

Aciérie du groupe Tata en Inde, J.-P. Charbonnier
Crédits : Hulton Getty

photographie


Dans son livre Un photographe vous parle, Jean-Philippe Charbonnier confie les impressions laissées en 1944 par l'exécution d'un collaborateur, que la foule des habitants de Vienne, dans l'Isère, était venue voir mourir sous les balles du peloton. Souvent publié dans son intégralité, son reportage annonçait les deux directions majeures de l'œuvre à venir : la proximité avec l'individu et la distance critique face aux idéologies dominantes.

Né à Paris le 28 août 1921, enfant unique d'un père peintre et d'une mère écrivain, Jean-Philippe Charbonnier grandit dans un environnement de liberté et d'ouverture. À dix-sept ans, le jeune homme reçoit de son père un appareil à soufflet 9 × 12 cm et les bons conseils d'un ami, le photographe de cinéma Sam Levin. Séduit par les séances de travail en studio, le bachelier « philosophie » renonce à ses études de lettres pour assister Levin dans ses prises de vues de tournage.

La guerre entrave son ambition de devenir à son tour photographe. Embauché aux laboratoires photographiques Blanc et Demilly à Lyon, il découvre un autre aspect de la profession, avant d'échapper au Service du travail obligatoire en traversant, en 1943, la frontière suisse. Sa rencontre avec le metteur en page Jean Manevy sera déterminante pour le réfugié qui s'essaie à ses premiers reportages. C'est à Manevy qu'il doit, à son retour en France, son emploi de maquettiste à Libération, qu'il conserve de 1944 à 1946. Le quotidien d'Emmanuel d'Astier de La Vigerie ne l'intègre à son service photo qu'en 1948.

Travaillant occasionnellement pour Point de vue, Images du monde Jean-Philippe Charbonnier trouve en 1950 un territoire à la mesure de sa curiosité du monde et de son esprit d'indépendance, au sein de la revue Réalités. Exonéré des contingences du reportage événementiel, s'accommodant facilement de l'exhaustivité documentaire, il donne libre cours à sa perception de l'humanité, centrée sur des sujets qui deviennent autant de personnages. De ses voyages en Asie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHARBONNIER JEAN-PHILIPPE (1921-2004)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 795 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Mary Ellen Mark, son ironie et sa pitié. Des agences plus jeunes comme Viva (Paris) répugnent au sensationnel pour se consacrer à la condition ordinaire des gens : Claude Raimond-Dityvon, Guy Le Querrec, Hervé Gloaguen, l'Américain Richard Kalvar. Jean-Philippe Charbonnier unit richesse des formes et qualité humaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_37942

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « CHARBONNIER JEAN-PHILIPPE - (1921-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-philippe-charbonnier/