GEILER DE KAYSERSBERG JEAN (1445-1510)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et l'activité du grand prédicateur de langue germanique que fut Jean Geiler, né à Schaffhouse, orphelin de bonne heure, recueilli par son grand-père, un bourgeois de Kaysersberg, sont presque entièrement liées à la ville de Strasbourg, et même à sa cathédrale, ce chef-d'œuvre de l'Occident médiéval, dont la flèche avait été achevée en 1439. Après de brillantes études à Fribourg-en-Brisgau, puis à Bâle, il revient dans son université d'origine pour y professer la théologie. Mais cet homme de Dieu, dévoré par le zèle apostolique, ne se satisfait pas du ministère pastoral : il se sent poussé vers la prédication. C'est l'époque où, en Alsace comme dans le reste de la chrétienté, les cités recherchent des clercs éloquents et savants pour parler aux foules. Au printemps de 1478, il suit Pierre Schott, l'Ammeister de Strasbourg, et désormais ne quittera plus cette ville.

Pendant plus de trente ans, les Strasbourgeois vont entendre sa voix puissante dénoncer, du haut de la chaire de la cathédrale, les abus qui rongent l'Église. Mais Geiler n'est pas qu'un censeur impitoyable : ce grand érudit, lecteur fervent de Gerson, éducateur dans l'âme, veut mettre au service des humbles et des ignorants la science qu'il a acquise. Il sait trouver à l'intention d'un public populaire les mots et les images concrètes qui pénètrent directement dans l'esprit et dans le cœur ; il rejette les propositions abstraites et sèches ou les ratiocinations d'une théologie scolastique épuisée. Il ne craint pas de traiter les questions les plus délicates du dogme, entraînant son public dans une introspection subtile et efficace. Orateur né, il domine toutes les ressources de la rhétorique, tissant entre ses auditeurs et lui des liens solides de confiance et d'amitié. Sa réputation s'étend bien au-delà de Strasbourg et de l'Alsace : l'évêque d'Augsbourg l'appelle deux fois dans sa ville, et l'empereur Maximilien recueille ses avis. Sa conversation est également fort appréciée de l'élite intellectuelle. Parmi d'autre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification


Autres références

«  GEILER DE KAYSERSBERG JEAN (1445-1510)  » est également traité dans :

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'humanisme en Alsace. Heurs et malheurs de la Réforme »  : […] nouvelles. Déjà à la fin du xve siècle, Geiler de Kaysersberg, prédicateur à la cathédrale, ose s'attaquer aux vices de la société en général et du clergé en particulier. Quelque chose s'ébranle dans l'édifice rigide que la scolastique du Moyen Âge avait cru immuable. Strasbourg est prête à recevoir les premiers messages de Luther (1517) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_3580

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGOLIN, « GEILER DE KAYSERSBERG JEAN - (1445-1510) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-geiler-de-kaysersberg/