JEAN DE DIEU saint (1495-1550)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur des Frères hospitaliers, né à Montemor-o-Novo (Portugal), orphelin de bonne heure, Juan Ciudad est berger, puis soldat. Converti, il se fait propagandiste d'écrits édifiants, à Grenade. Un sermon de saint Jean d'Ávila (1537) le pousse à de telles manifestations de contrition qu'il est enfermé à l'hôpital. Découvrant ainsi la cruauté de certaines thérapeutiques, il conçoit le dessein de soigner les malades dans des conditions plus humaines. Cette même année 1537, à Grenade, il se met au service des plus déshérités, rassemblant des malades dans des locaux à peine suffisants avant que des bienfaiteurs ne l'aident à réaliser un véritable hôpital, de conception assez avancée pour l'époque. L'évêque de Tuy lui ayant imposé l'habit religieux et le nom de frère Jean de Dieu, une petite communauté se forme autour de lui, sans vœux de religion toutefois. À Grenade, deux ans après la mort de Jean de Dieu, la construction d'un nouvel hôpital devient nécessaire, tandis qu'une fondation analogue apparaît à Madrid. Hôpitaux et asiles se multipliant en Espagne, l'évolution vers la vie religieuse se fait rapidement. Autorisés par saint Pie V (1571), les Frères hospitaliers font les trois vœux classiques et y ajoutent celui de soigner les malades. En 1586, l'approbation définitive est donnée à cet ordre religieux laïque. Cherchant toujours à unir dévouement évangélique et souci du progrès thérapeutique, l'ordre compte aujourd'hui plus de cent cinquante maisons à travers le monde : hôpitaux, cliniques, léproseries, centres de rééducation, asiles. Il y avait soixante-dix-sept frères de saint Jean de Dieu en France en 1994.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JEAN DE DIEU saint (1495-1550)  » est également traité dans :

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Le sort des malades mentaux avant le XXe siècle »  : […] Le malade mental, par la mise en question de la réalité commune à laquelle il se livre, par les comportements imprévisibles et les transgressions à la règle qu'il se permet, peut provoquer des réactions de rejet. Dans une société où la personnalité humaine est mal individualisée, cette réaction se traduit tout simplement par l' exclusion, qu'il s'agisse d'un abandon rituel ou d'une mise à mort. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_4055

Pour citer l’article

André DUVAL, « JEAN DE DIEU saint (1495-1550) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-dieu/