BANGUI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capitale centrafricaine comptait, au recensement de 2003, 622 000 habitants, soit 42 p. 100 de la population urbaine. En ajoutant la ville satellite de Bimbo (124 000 hab.), ce pourcentage dépasse 50 p. 100, tandis que Berberati, la troisième ville du pays, ne compte que 77 000 habitants. Bangui illustre parfaitement le phénomène de macrocéphalie ou de primatie, caractéristique des situations de sous-développement.

Centrafricaine (République) : carte administrative

Centrafricaine (République) : carte administrative

Carte

Carte administrative de la République centrafricaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est née en 1889, comme poste militaire français, implanté à l'aplomb des rapides qui, barrant l'Oubangui, constituent la limite, en amont, de la voie navigable Congo-Oubangui. En 1914, le transfert de la capitale de l'Oubangui-Chari de Fort-de-Possel à Bangui confirme l'importance géostratégique de cette dernière. La croissance démographique s'accélère après la Seconde Guerre mondiale : 16 000 habitants en 1920, 60 000 en 1950, 80 000 en 1960, 340 000 en 1980.

Principale destination de l'exode rural, Bangui rassemble des populations originaires de toutes les régions de Centrafrique, regroupées par affinités ethniques dans les quartiers ou « kodro ». Les gens du fleuve (Sango, Yakoma) se mélangent peu avec les gens des savanes (Gbaya, Banda...). Les violences politiques que la ville connaît depuis les années 1990, d’abord les trois mutineries (1996) puis les troubles liés au renversement du président Bozizé (2013), ont instrumentalisé les différences entre groupes ethniques. Signe d'un faible dynamisme économique, le nombre d'étrangers est peu élevé ; ils viennent surtout de la République démocratique du Congo (R.D.C.) car il leur suffit de traverser le fleuve. Libanais et Yéménites occupent des positions importantes dans le commerce.

La fonction de capitale se traduit par l'importance des fonctionnaires : la majorité des 20 000 agents de l'État résident à Bangui. La capitale centrafricaine héberge également le siège de la Communauté économique et monétaire en Afrique centrale (C.E.M.A.C.) et ses fonctionnaires internationaux. Le secteur industriel est, quant à lui, moribond, les entreprises pénalisées par l'enclavement et l'absence d'infrastru [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BANGUI  » est également traité dans :

CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Apolline GAGLIARDI, 
  • Jean-Claude GAUTRON, 
  • Jean KOKIDE, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  •  • 10 224 mots
  •  • 6 médias

Souvent dénommée Centrafrique , la République centrafricaine (R.C.A.) a une superficie de 622 980 km 2 , dont 74 000 km 2 de forêts et 20 000 km 2 de terres arables. La population centrafricaine dépasse 5 millions d’habitants (estimation de 2013), avec une densité moyenne de 8 hab./km 2 . Bangui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-centrafricaine/#i_34182

Pour citer l’article

Roland POURTIER, « BANGUI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bangui/