BANGUI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capitale centrafricaine comptait, au recensement de 2003, 622 000 habitants, soit 42 p. 100 de la population urbaine. En ajoutant la ville satellite de Bimbo (124 000 hab.), ce pourcentage dépasse 50 p. 100, tandis que Berberati, la troisième ville du pays, ne compte que 77 000 habitants. Bangui illustre parfaitement le phénomène de macrocéphalie ou de primatie, caractéristique des situations de sous-développement.

Centrafricaine (République) : carte administrative

Carte : Centrafricaine (République) : carte administrative

Carte administrative de la République centrafricaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est née en 1889, comme poste militaire français, implanté à l'aplomb des rapides qui, barrant l'Oubangui, constituent la limite, en amont, de la voie navigable Congo-Oubangui. En 1914, le transfert de la capitale de l'Oubangui-Chari de Fort-de-Possel à Bangui confirme l'importance géostratégique de cette dernière. La croissance démographique s'accélère après la Seconde Guerre mondiale : 16 000 habitants en 1920, 60 000 en 1950, 80 000 en 1960, 340 000 en 1980.

Principale destination de l'exode rural, Bangui rassemble des populations originaires de toutes les régions de Centrafrique, regroupées par affinités ethniques dans les quartiers ou « kodro ». Les gens du fleuve (Sango, Yakoma) se mélangent peu avec les gens des savanes (Gbaya, Banda...). Les violences politiques que la ville connaît depuis les années 1990, d’abord les trois mutineries (1996) puis les troubles liés au renversement du président Bozizé (2013), ont instrumentalisé les différences entre groupes ethniques. Signe d'un faible dynamisme économique, le nombre d'étrangers est peu élevé ; ils viennent surtout de la République démocratique du Congo (R.D.C.) car il leur suffit de traverser le fleuve. Libanais et Yéménites occupent des positions importantes dans le commerce.

La fonction de capitale se traduit par l'importance des fonctionnaires : la majorité des 20 000 agents de l'État résident à Bangui. La capitale centrafricaine héberge également le siège de la Communauté économique et monétaire en Afrique centrale (C.E.M.A.C.) et ses fonctionnaires internationaux. Le secteur industriel est, quant à lui, moribond, les entreprises pénalisées par l'enclavement et l'absence d'infrastructures économiques performantes ne sont pas en mesure de résister à la concurrence internationale, asiatique principalement. Plusieurs usines implantées à Bangui ont fermé au cours des années 1990 (textile, montage automobile) ; il ne reste guère que la brasserie Mocaf et la manufacture de cigarettes Socacig. La plupart des activités relèvent du secteur informel, petit commerce, artisanat, transport, mais sans toutefois parvenir à résorber le sous-emploi, particulièrement important parmi les jeunes. C'est une des raisons pour lesquelles beaucoup de Banguissois ont recours à une agriculture d'appoint : Bangui est sans doute la capitale africaine qui se distingue le plus par son cachet rural. Vue du ciel elle ressemble à un immense verger, les maisons des kodros disparaissant sous les frondaisons des manguiers et autres arbres fruitiers. La culture de maïs, manioc, banane plantain, canne à sucre, légumes, dans les concessions (terrains bâtis et non bâtis d'une famille), constitue un apport alimentaire indispensable pour beaucoup de citadins. Cela ne suffit pourtant pas, comme le montre le nombre grandissant de « godobe », les enfants des rues, produits de la pauvreté urbaine.

La situation se détériore en 2012-2013, quand la rébellion de la Seleka prend les armes contre le pouvoir et occupe Bangui, qui devient un terrain d’affrontements. Les militaires français de l’opération Sangaris, déployés en décembre 2013, stationnent dans la ville pour tenter de la sécuriser, alors qu’un tiers des habitants ont été déplacés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BANGUI  » est également traité dans :

CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Apolline GAGLIARDI, 
  • Jean-Claude GAUTRON, 
  • Jean KOKIDE, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  •  • 10 227 mots
  •  • 7 médias

Souvent dénommée Centrafrique , la République centrafricaine (R.C.A.) a une superficie de 622 980 km 2 , dont 74 000 km 2 de forêts et 20 000 km 2 de terres arables. La population centrafricaine dépasse 5 millions d’habitants (estimation de 2013), avec une densité moyenne de 8 hab./km 2 . Bangui, la capitale, regroupe 740 000 habitants (2011) soit 15 p. 100 de la population totale. Celle-ci se […] Lire la suite

Les derniers événements

3-27 décembre 2020 République centrafricaine. Élections générales sur fond de rébellion armée.

Bangui. Le gouvernement dénonce une « tentative de coup d’État » menée par François Bozizé. Les jours suivants, les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca), les mercenaires de la société privée russe Wagner envoyés par Moscou et des renforts rwandais parviennent à contenir […] Lire la suite

6-25 février 2019 République centrafricaine. Signature d'un accord de paix entre le gouvernement et les rébellions armées.

Bangui, le gouvernement et quatorze groupes armés signent un « accord politique pour la paix et la réconciliation », grâce à la médiation de l’Union africaine. Celui-ci prévoit la mise en place d’une Commission vérité, justice, réparation et réconciliation qui doit permettre de limiter les poursuites contre les rebelles, ainsi que des mesures de soutien […] Lire la suite

8-10 avril 2018 République centrafricaine. Opération de la Minusca à Bangui.

Bangui. La riposte armée des membres du gang provoque des affrontements qui font au moins vingt morts, dont un casque bleu, et empêche la capture du chef du gang, le « général Force ». Ces violences réactivent la tension entre les groupes armés musulmans et les milices chrétiennes anti-balaka dans l’ensemble du pays. […] Lire la suite

13-14 mai 2016 France – République centrafricaine – Nigeria. Visite du président François Hollande en Afrique centrale.

Bangui où il rencontre le président centrafricain récemment élu, Faustin-Archange Touadéra. Il confirme l’achèvement de l’opération Sangaris lancée en décembre 2013 en appui à la mission de l’ONU destinée à rétablir l’État de droit dans le pays. Quelque trois cents soldats français doivent toutefois demeurer stationnés en République centrafricaine. […] Lire la suite

30 mars 2016 France – République centrafricaine. Fin annoncée de l'opération Sangaris.

Bangui, annonce « la fin de l’opération Sangaris dans le courant de l’année 2016 ». Celle-ci avait été lancée en décembre 2013 pour épauler la mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca) chargée de mettre fin aux violences entre les milices chrétiennes « anti-balaka » et les ex-rebelles musulmans de la Seleka […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland POURTIER, « BANGUI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bangui/