JE SUIS PARTOUT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondé en 1930 par les éditions Arthème Fayard, l'hebdomadaire Je suis partout a pour vocation principale de donner un compte rendu des événements internationaux. Parmi les premiers collaborateurs, on relève Pierre Gaxotte, Miguel Zamacoïs, Jean Giraudoux, Lucien Rebatet, Robert Brasillach, Claude Roy, Pierre Halévy, Drieu La Rochelle. Peu à peu le ton et l'orientation de l'hebdomadaire changent, et les éditions Fayard l'abandonnent en 1936. Dirigé par Gaxotte, puis par Brasillach et groupant des épigones de l'Action française, il se caractérise surtout par la violence extrême dont il fait preuve dans la polémique à l'égard de ses adversaires. À l'anticommunisme, l'antiparlementarisme et l'antisémitisme, qui sont ses thèmes habituels, s'ajoutent à partir de Munich le pacifisme et l'opposition au bellicisme de la droite traditionnelle. En mai 1940, Alain Laubreaux et Charles Lesca, qui le dirigent, sont arrêtés sur les ordres de Georges Mandel ; le dernier numéro paraît le 7 juin. Renaissant en février 1941 en zone occupée et contre l'avis de Maurras, l'hebdomadaire retrouve, avec Brasillach à sa tête, quelques-uns de ses premiers rédacteurs auxquels s'ajoutent, entre autres, Georges Blond, La Varende, Marcel Aymé, René Barjavel, Morvan Lebesque. Lors des premiers mois de 1943, une divergence de vues sépare ses animateurs, les uns décidés à poursuivre une collaboration étroite avec les mouvements pronazis, les autres de tendance moins extrémiste ; ces derniers, conduits par Brasillach, démissionnent. L'hebdomadaire survit un an sous la direction de Pierre-Antoine Cousteau.

—  Pierre-Robert LECLERCQ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JE SUIS PARTOUT  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 169 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les raisons d'une influence »  : […] Candide, fondé par Fayard en 1924, qui a, comme Gringoire, plusieurs centaines de milliers de lecteurs, ou comme Je suis partout, également fondé par Fayard, et qui, après avoir été dirigé par Gaxotte, évoluera, avec Robert Brasillach, Lucien Rebatet, Alain Laubreaux, vers le fascisme et la collaboration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-francaise/#i_16891

BRASILLACH ROBERT (1909-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 623 mots

Après le lycée de Sens où il a pour professeur Gabriel Marcel, Brasillach, élève à Louis-le-Grand, est attiré par la carrière littéraire ; ses amis s'appellent Maurice Bardèche, Jacques Talagrand (Thierry Maulnier), Roger Vailland et, bientôt, lorsqu'il est à l'École normale supérieure, Simone Weil, Jacques Soustelle, Henri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brasillach/#i_16891

COLONNE CINQUIÈME

  • Écrit par 
  • Arnaud JACOMET
  •  • 668 mots

Georges Bonnet, Chichery), des socialistes enfin (Paul Faure, Charles Spinasse). Toutes les nuances du défaitisme y sont représentées. Je suis partout, organe du fascisme « immense et rouge », refuse par avance une guerre fratricide qui ferait le lit du communisme. Mais la trahison ouverte est restée aussi exceptionnelle que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-colonne/#i_16891

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] agents et de leurs indicateurs. Il règne sur la propagande grâce à Radio-Paris et aux journaux autorisés, dont l'hebdomadaire Je suis partout, recréé par Brasillach en février 1941, est le plus notoire. Il régente la culture. Il contrôle la vie politique à travers des partis dont le principal est le Parti populaire français (P.P.F.), créé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_16891

REBATET LUCIEN (1903-1972)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 399 mots

Après des études universitaires commencées à Lyon et poursuivies en Sorbonne, Lucien Rebatet, surveillant à Paris, accorde ses sympathies dès 1923, à l'Action française ; il tiendra dans le journal de Maurras, six ans plus tard, les rubriques musicale, littéraire et cinématographique. Sa véritable entrée en politique se fait par ses articles dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-rebatet/#i_16891

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « JE SUIS PARTOUT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/je-suis-partout/