KOLLÁR JÁN (1793-1852)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète tchécoslovaque, pionnier de l'idée slave, Ján Kollár est né dans une famille paysanne slovaque. Il fait ses études de théologie protestante à Jena, dans une région qui avait été slave au Moyen Âge ; là, il est profondément impressionné par l'activisme patriotique allemand (il rencontre Goethe). Il rencontre aussi l'amour de sa vie, la fille du pasteur Schmidt, Frédérique Wilhelmine, qu'il n'épousera qu'en 1835. Sur le chemin du retour, il rencontre à Prague Dobrovský, Jungmann et autres « éveilleurs ». Consacré pasteur, il est nommé à Pest. Loin du milieu tchèque mais aussi slovaque (Štúr et son école), il prend ses distances à l'égard des mouvements contemporains et s'adonne à l'archéologie slave ; en 1849, il commence à enseigner cette discipline à l'université de Vienne mais sa recherche souffre de fantaisies gratuites.

Poète, Ján Kollár restera en fait l'auteur d'un seul recueil puisqu'il reprend ses Poèmes (Básně, 1821) dans la première édition de sa Fille de Sláva (Slávy dcera, 1824 ; 154 sonnets), qu'il élargit sans cesse (1832, 1845, 1852 : 645 sonnets). Au départ, il obéit à une double inspiration, celle de l'amour de sa patrie et celle de l'amour de Mina (Wilhelmine), qui, peu à peu, se fondent en un seul sentiment d'amour pour toute la famille slave. Passant successivement par les territoires que les Slaves avaient occupés et occupent, Kollár célèbre leur passé et leur avenir, qu'il voit glorieux, libre, démocratique ; la communauté slave est transcendée par l'humanité et par la lutte pour la libération de tous les opprimés. Cette noble poésie a un immense retentissement parmi ses compatriotes tchèques et slovaques mais aussi chez les autres Slaves.

En 1836, dans l'essai Sur la solidarité slave entre les tribus et les dialectes slaves (O literárnej vzájemnosti mezi kmeny a nařečími slávskými, éd. élargie en allemand, 1837), Kollár tire les conséquences pratiques de son slavisme enthousiaste : il recommande une étroite collaboration et des échanges sur le seul plan culturel, en évitant le domaine politique et to [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  KOLLÁR JÁN (1793-1852)  » est également traité dans :

SLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Fedor BALLO, 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL
  • , Universalis
  •  • 9 287 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Éveil de la conscience nationale »  : […] Déjà, lors des siècles précédents, des éléments de la langue slovaque parlée apparaissaient dans les textes littéraires, mais ce fut Anton Bernolák (1762-1813) qui tenta le premier de créer une langue littéraire slovaque. La langue de Bernolák fut utilisée notamment par deux écrivains de talent, Jozef Ignác Bajza (1755-1836), auteur du premier rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slovaquie/#i_39725

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 243 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Renaissance nationale »  : […] Vers 1775, s'amorce un sursaut national aux causes complexes. Réaction aux initiatives apparemment contradictoires de Marie-Thérèse et de Joseph II : d'une part des réformes religieuses, scolaires et surtout sociales avec l'Édit de tolérance et l'abolition du servage, de l'autre des efforts de centralisation administrative et de germanisation. Para […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_39725

Pour citer l’article

Vladimir PESKA, « KOLLÁR JÁN - (1793-1852) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-kollar/