BLAHOSLAV JAN (1523-1571)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier des « humanistes » au sein de l'Unitas fratrum de Moravie, ou Unité des frères de la loi du Christ, secte qu'on appelle plus couramment les Frères moraves. Appartenant à une tradition familiale enracinée dans les communautés de frères, Jan Blahoslav fait des voyages multiples et des séjours à Wittenberg, à Königsberg, à Bâle, ainsi qu'auprès des frères Michalec et Strejc à Prostějov (Prossnitz), séjours au cours desquels il complète ses études ; en 1551, il revient enfin auprès de Jean Černy, qui entreprend, à Mlada Boleslav (Jungbunzlau), de rassembler les Acta Unitatis fratrum (1551). Nommé deuxième évêque de Moravie, aux côtés de Matthias Červenka, par le synode de Sležan (23 août 1557), Blahoslav défend et organise la formation des futurs ministres à Ivančice (Eibenschitz) ; de ce souci témoignent ses traités Misomusen, Vitia concionatorum et d'autres écrits pédagogiques ou moraux, tel Anvolimator, sur la discipline de la vie commune. Il essaiera de gagner Maximilien II à la cause des Frères, en se rendant trois fois à Vienne (1555-1557). Tout en aidant l'Unitas fratrum à sortir de son isolement, il veille jalousement à conserver son identité et son autonomie : ainsi s'expliquent sa rencontre avec Flacius Illyricus en 1556 et ses réticences devant les avances des luthériens « philippistes » ; de même, il s'oppose au plan de J. Augusta qui vise à créer une Église nationale avec les utraquistes.

Il n'écrit pas beaucoup de traités théologiques (De l'élection divine, 1562, critiques d'Augusta au moment du « conflit des péricopes »), mais son activité littéraire n'en est pas moins très importante : révisions des premiers livres des Acta Unitatis fratrum et rédaction des livres VII à IX (dans les années 1547-1566), publication d'une Grammaire de la langue tchèque (1551-1571). Il donne aux siens la première traduction en tchèque du Nouveau Testament (1564), fondée sur un texte grec établi par N. Barbirius en 1559-1560 ; il rédige encore un Traité sur la musique et révise le Livre de cantiques des Frères moraves (1561).

—  Bernard ROUSSEL

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification


Autres références

«  BLAHOSLAV JAN (1523-1571)  » est également traité dans :

MORAVES FRÈRES

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 391 mots

Dans le chapitre « Des musiciens et des pédagogues »  : […] L'austère humilité de l'Unité primitive a entretenu chez ses membres une certaine méfiance à l'égard des sciences. La Renaissance fut pour eux un scandale de luxe et de paganisme. De l'humanisme, ils ont surtout retenu ce « tribunal de la raison » au service d'une connaissance exacte. L'art sera un moyen de rendre le service divin plus beau, ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freres-moraves/#i_35744

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 243 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Humanisme et Renaissance »  : […] En attendant la réconciliation avec les lettres et les arts, l'Unité des Frères est, tout comme les hussites utraquistes, un élément retardataire dans l'éclosion de l'humanisme et de l'esprit de la Renaissance. Certes, des dizaines d'auteurs écrivent, versifient en latin (Jan de Rabštejn, l'érudit Bohuslav Hasištejnský de Lobkovice [  1510], Jan Ka […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_35744

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « BLAHOSLAV JAN - (1523-1571) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-blahoslav/