RIVIÈRE JACQUES (1886-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si, à propos de Jacques Rivière, on a bien raison d'évoquer l'importance de son rôle à la tête de La Nouvelle Revue française, sa compréhension profonde des écrivains ses contemporains, ses conseils lucides aux jeunes auteurs, la part qu'il prit à une nouvelle orientation de la critique, on ne doit pas négliger pour autant l'œuvre écrite à travers laquelle se livre un itinéraire personnel significatif.

Né à Bordeaux, Jacques Rivière vient préparer à Paris le concours d'entrée à l'École normale supérieure ; c'est alors qu'il se lie avec Alain-Fournier (dont il épousera la sœur Isabelle) d'une amitié profonde et durable ; les lettres qu'ils échangeront (Correspondance de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier [1905-1914], 1926) demeurent un document émouvant et fascinant sur deux jeunes esprits de grande envergure qui mettent en commun leurs découvertes en ce début du xxe siècle.

Liciencié ès lettres, professeur au collège Stanislas, Jacques Rivière continue ses explorations, passionné de musique, d'arts plastiques et de poésie autant que de philosophie, se refusant à dissocier la joie du jeu de celle de la connaissance. « Il est vertigineux que les gens qui s'occupent de philosophie comprennent si mal quel jeu admirablement divers, voluptueux, libre et vain, elle est », écrit-il à Claudel en 1908. « Je voudrais montrer comment tous les grands systèmes ont été conçus par leur auteur d'une manière uniquement artistique. On pourrait dessiner la métaphysique de Platon, de Descartes, de Malebranche, de Spinoza. » Il s'adonne en même temps à la critique ; il réunit ses principaux articles, en 1912, dans Études. Étonnants par la vigueur de leur pointe et la finesse de leur touche, ces textes sont consacrés à des écrivains — Baudelaire, Claudel et Gide —, à des musiciens — Rameau, Bach, Franck, Wagner, Moussorgski, Debussy — et à des peintres — Ingres, Cézanne, Gauguin. De Nouvelles Études seront réunies en un volume posthume, en 1947.

Devenu très ami de Claudel et de Gide (sa Correspondance avec Paul Claudel, publiée en 1926, est elle aussi un admirable document), Rivière subit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIVIÈRE JACQUES (1886-1925)  » est également traité dans :

ALAIN-FOURNIER HENRI-ALBAN FOURNIER dit (1886-1914)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 321 mots

« Quelque chose désespérément me réclame et toutes les routes de la terre m'en séparent. » Alain-Fournier et Augustin Meaulnes, le héros du Grand Meaulnes (1913), se rejoignent dans cette phrase. Les analogies entre la vie de celui qui prit, en 1907, juste après la khâgne, le pseudonyme d'Alain-Fournier et son roman sont manifestes : La Chapelle-d'Angillon et les paysages du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-fournier/#i_210

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 394 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le témoin de soi-même »  : […] Le jeune homme qui arrive à Paris se sent poète, se veut poète ; il sait dessiner et regarde la peinture d'un œil averti ; il est très beau et désire aussi être comédien. Dès lors, la vie d'Antonin Artaud est si étroitement mêlée à son œuvre que l'on pourrait presque dire qu'il écrit son œuvre avec sa vie, qu'il suffit de lire ses écrits pour connaître l'essentiel de sa vie, non qu'il s'agisse d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-artaud/#i_210

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Créer en détruisant »  : […] Dada ne se résume pas uniquement à une chronique scandaleuse. Les multiples revues éphémères, les tableaux, les recueils publiés sous l'égide du mouvement ont, en dépit d'un certain fatras dû aux circonstances (réaction contre la critique, querelles internes), servi de laboratoire à une poésie et une esthétique nouvelles, débarrassées du souci de l'anecdote, exprimant directement les émotions, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_210

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_210

N.R.F. (Nouvelle Revue française)

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 917 mots

De toutes les revues, La Nouvelle Revue française fut certainement la plus convoitée et la plus imitée. Réussite suprême, ses seules initiales, N.R.F., sont devenues familières et suffirent longtemps à désigner une haute ambition littéraire. À la fois revue de création et revue de critique, La N.R.F. s'est d'emblée imposée comme une revue ouverte, nota […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-revue-francaise/#i_210

L'OMBILIC DES LIMBES, Antonin Artaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Il faut se figurer, d'un siècle l'autre, ce que représenta la parution de L'Ombilic des limbes dans la prestigieuse collection Une œuvre, un portrait des éditions de La Nouvelle Revue française , accompagnée d'un portrait d'Antonin Artaud (1896-1948) par son ami peintre André Masson. Ce n'est pas chose aisée. L'achevé d'imprimer est du mois de juillet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ombilic-des-limbes/#i_210

PROUST, PRIX GONCOURT (T. Laget) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 098 mots

Dans le chapitre « Un roman illisible ? »  : […] Le jury est très partagé et les campagnes orchestrées par les partisans de Dorgelès ont produit leurs effets. Il faudra toute la force de conviction de Daudet pour qu’ À l’ombre des jeunes filles en fleur l’emporte. Mais à peine le choix du jury Goncourt connu, les attaques fusent contre le lauréat. Elles visent la personne autant que l’œuvre. Pour ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proust-prix-goncourt/#i_210

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « RIVIÈRE JACQUES - (1886-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-riviere/