ALAIN-FOURNIER HENRI-ALBAN FOURNIER dit (1886-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Quelque chose désespérément me réclame et toutes les routes de la terre m'en séparent. » Alain-Fournier et Augustin Meaulnes, le héros du Grand Meaulnes (1913), se rejoignent dans cette phrase. Les analogies entre la vie de celui qui prit, en 1907, juste après la khâgne, le pseudonyme d'Alain-Fournier et son roman sont manifestes : La Chapelle-d'Angillon et les paysages du Cher, les parents instituteurs, la rencontre avec Yvonne de Galais, une liaison avec Jeanne, modiste comme Valentine est couturière, la deuxième rencontre, huit ans plus tard, avec Yvonne... Ce sont les traces de ce que son ami, beau-frère et correspondant Jacques Rivière nomme « une conception littéraire » : « Je sais bien », lui dit-il, évoquant Claudel qui, avec Gide et Laforgue, forma Alain-Fournier, « que tu penses toujours à : “ Nous ne séparerons pas la vie d'avec l'art ” » (24 mai 1906). C'est qu'Alain-Fournier « n'est pas d'ici » (13 sept. 1911) ; il est de l'attente, attente-souvenir du bonheur ou de l'amour, attente de lui-même : « Je ne sais si je dois l'appeler mon amour ou moi-même » (22 août 1906), alors qu'ici « on se résigne à l'amour comme on se résigne à la vie » (11 oct. 1906). Il n'est donc sans doute pas davantage d'un là-bas chrétien, même après sa nuit pascalienne du 5 janvier 1907, étant « trop psychologue » pour être catholique (26 janv. 1907). Mais cette plénitude pieuse qu'il nomme joie, et qui « ne trouverait pas Dieu ailleurs que partout », finit peut-être par s'accomplir dans l'ici d'une vie pourtant encore traversée par l'absence, grâce à Simone, le « cœur pur » de l'épigraphe de Colombe Blanchet. Et le 1er août 1914, avant de partir pour le front où il disparaît aussitôt, Alain-Fournier écrit à sa sœur Isabelle : « Je pars content. »

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALAIN-FOURNIER HENRI-ALBAN FOURNIER dit (1886-1914)  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 856 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Archéologie des conflits et des charniers »  : […] Toutes ces études innovantes posent évidemment le problème de la définition de l'archéologie, mais aussi de ses limites chronologiques. Le débat a été posé très concrètement en France au début des années 1990 à propos de l'écrivain Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes , mort au front au début de la Première Guerre mondiale, à l'occasion de la fouille de sa tombe qui ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-archeologie-du-temps-present/#i_5708

LE GRAND MEAULNES, Alain-Fournier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alain CLERVAL
  •  • 883 mots

Des extraits du Grand Meaulnes furent publiés dans plusieurs numéros de La Nouvelle Revue française au cours de l'année 1913. Le beau-frère et meilleur ami d'Henri Alain-Fournier (1886-1914), Jacques Rivière, assurait depuis 1911 le secrétariat de cette revue, bientôt prestigieuse, dont il assumerait la pleine responsabilité dès la fin des hostilités. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-grand-meaulnes/#i_5708

RIVIÈRE JACQUES (1886-1925)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 008 mots

Si, à propos de Jacques Rivière, on a bien raison d'évoquer l'importance de son rôle à la tête de La Nouvelle Revue française , sa compréhension profonde des écrivains ses contemporains, ses conseils lucides aux jeunes auteurs, la part qu'il prit à une nouvelle orientation de la critique, on ne doit pas négliger pour autant l'œuvre écrite à travers laquelle se livre un itinér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-riviere/#i_5708

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « ALAIN-FOURNIER HENRI-ALBAN FOURNIER dit (1886-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-fournier/