MONORY JACQUES (1924-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devant le monde contemporain, Jacques Monory, né à Paris le 25 juin 1924, a décidé d'adopter, en tant que peintre, l'attitude d'un rêveur éveillé. Sa peinture saisit les images de la grande ville, Paris ou New York, et les plonge dans un espace chromatique si particulier que les portes, les fenêtres, les couloirs, les ascenseurs, les barrières, les routes parlent d'abord de son aventure individuelle dans le monde, des femmes qu'il a aimées, des voyages qu'il fait en Arizona ou ailleurs, des peurs qu'il a subies ou de ses nostalgies. Pour faire coïncider le monde extérieur avec sa vision, et avec elle seule, celui qui, pendant plusieurs années, travailla avec l’éditeur d’art Robert Delpire prend lui-même les photos qui serviront à la composition de ses tableaux. Le fond monochrome bleu dans lequel il les a fait baigner depuis le début des années 1960 jusqu'en 1978 exigeait un dosage particulier d'ombres et de lumières, des contrastes forts. Ce bleu nocturne, ou crépusculaire, investissait toutes choses et les maintenait dans l'espace d'une même pensée, d'un même rêve autobiographique. Monory peignait les chambres où l'on attend, les rues où l'on cherche quelqu'un, ou la fuite d'un homme à travers les rues (série des Meurtres, 1968 ; des Premiers Numéros du catalogue mondial des images incurables, 1974). Ainsi s'est-il constitué un univers romanesque en images, qu'il a prolongé par des livres (Document bleu, 1970 ; Diamondback, 1979 et, en collaboration avec Daniel Pommereulle : Les bords de la mort ne vont pas assez vite, 1984).

Jacques Monory

Photographie : Jacques Monory

Le fond bleu crépusculaire qui a rendu célèbres les tableaux de Jacques Monory a fonction de révélateur : iI fait venir à la lumière des scènes de meurtre, des êtres de fuite, des jeux de miroirs, des lieux vacants et pourtant mystérieux. Une fantasmagorie qui trouve sa source dans le... 

Crédits : Marion Kalter/ AKG-images

Afficher

Ce roman pictural, qui tient du journal intime et du « discours sur le peu de réalité », se liait au temps vécu, et non pas seulement à l'espace des choses représentées. Mais Monory l'a fait sortir de la perspective autobiographique en 1978 en substituant à la monochromie bleue le choix des trois couleurs fondamentales : le bleu, le jaune et le rouge (violacé), et en élargissant du même coup ses thèmes à l'histoire contemporaine et à l'univers : ce sont les séries Technicolor (1978), Ciels, nébuleuses et galaxies (1978-1980), Toxique (1984) ; Monory avait déjà abordé l'histoire à travers la guerre du Vietnam dans la série Jungle de velours, exposée au musée d'Art moderne de la Ville de Paris en 1971, et en participant à l'exposition organisée au Centre Georges-Pompidou : Guillotine et peinture, Topino-Lebrun et ses amis (1977). De tous les peintres contemporains français, il est sans doute celui qui a renouvelé le plus souvent ses thèmes et ses sujets en faisant déboucher son autobiographie rêvée sur le monde et la société actuels. Son choix final des trois couleurs fondamentales, qu'il a rendues le plus électriques possible, lui a permis d'en révéler le caractère artificiel, la violence grinçante.

Pour Monory, en effet, la société contemporaine est une ennemie dont il faut contourner les obstacles et les interdits, parce qu'elle est dangereuse, sinon meurtrière, pour tous les individus qui recherchent la liberté. Dans les tableaux qu'il a consacrés au meurtre, au suicide et à la folie, en se nourrissant de l’imagerie du film noir, il s'est souvent identifié à l'assassin, ou à la victime, et dans l'une de ses toiles les plus célèbres : Monet est mort, il tire sur un objet d'art au milieu des Nymphéas. Ce qui rend ses tableaux bouleversants, c'est que malgré la distance et la froideur apparentes du traitement pictural, on devine qu'il cherche à y conjurer la mort ; il la voit cachée derrière toutes choses, à tous les coins de rue. Peintre indépendant, Monory s'est distingué dès 1962-1963 de l'esprit du Pop Art américain en refusant de se borner à l'illustration et à la dénonciation de la société de consommation, de la publicité, etc., et en mettant d'emblée l'accent sur la nécessité d'une enquête personnelle, où l'étonnement, la peur, les désirs, les émotions les plus profondes du peintre sont liés au choix de sa technique, comme à la sélection de ses sujets. Ainsi a-t-il concilié l'objectivité des photos dont il s'inspire, en en projetant le négatif sur la toile et en peignant la photo à la main, avec la plus intime subjectivité, ce sentiment de solitude, ce tremblement devant la mort dont sa touche nerveuse porte souvent la trace.

On a pu rattacher la peinture de Jacques Monory à la « figuration narrative » (Gérald Gassiot-Talabot), à la « nouvelle peinture d'histoire » (Alain Jouffroy), mais elle relève sans doute aussi, malgré l'extrême modernité de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONORY JACQUES (1924-2018)  » est également traité dans :

FIGURATION NARRATIVE, Paris 1960-1972 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 1 032 mots
  •  • 1 média

Depuis l'exposition de 1965 présentée à la galerie Creuze, à Paris, qui accompagna la naissance de la figuration narrative, aucune rétrospective au niveau national n'avait permis de prendre la mesure de ce courant qui, en affirmant une nouvelle « imagerie », inventa un langage pictural. Longtemps considérée comme une réponse française au formalisme du pop art, la figuration narrative souffrit qu […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Au-delà des étiquettes »  : […] Mais la grande découverte des années 1970 est que toute photo est surréaliste. Susan Sontag l'a bien montré. La photographie de famille ordinaire, dans sa spontanéité naïve, mais aussi avec ses conventions étroites, non seulement rejoint le « banalisme » d'un Robert Frank, mais dépasse en bizarrerie les recherches les plus élaborées. Ken Graves et Mitchell Paynes en font un choix extraordinaire da […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « MONORY JACQUES - (1924-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-monory/