BOUNINE IVAN (1870-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prix Nobel de littérature (1933) distinguait en Bounine un rare exemple de fidélité parfaite à une certaine conception de l'art et de l'honneur. Toute sa vie, Bounine a suivi sa voie, à contre-courant des modes et des idées reçues. Que cette voie ait été la voie royale de la littérature russe, c'est le secret de son art. Ayant vécu obstinément dans la compagnie des plus grands, il est maintenant reconnu comme l'un deux, l'un de ceux à qui les meilleurs prosateurs soviétiques doivent le plus, l'un de ces « maîtres dont la fréquentation est tout simplement obligatoire pour tout homme qui écrit ».

Le peintre de la Russie

Né à Voronej dans une famille noble qui compte parmi ses ancêtres le poète Joukovski, Ivan Alekseïevitch Bounine a passé son enfance dans la propriété familiale du gouverneur d'Orlov, au milieu d'une « mer de blés, d'herbes, de fleurs », dans cette région de Russie qui, comme il l'a remarqué, a donné les meilleurs prosateurs russes et les meilleurs connaisseurs de la nature : Tolstoï, Tourgueniev. Toute son œuvre en restera marquée. Dès l'âge de dix-neuf ans, la gêne matérielle de sa famille l'oblige à travailler comme typographe et journaliste. Il publie très tôt des poèmes dans la grande tradition qui, de Pouchkine et Lermontov, va jusqu'à Fet, Polonski et A. K. Tolstoï. Il reçoit en 1901 le prix Pouchkine pour son recueil La Chute des feuilles. La rigueur de la forme, qui suppose bien des exclusions (Bounine méprisera toujours les recherches de la poésie moderne), s'allie à un sentiment de la nature peut-être sans égal, même dans la littérature russe. Ses qualités de styliste et de peintre de la nature valent un grand succès à ses récits en prose, où il décrit le monde de la campagne avec sa misère (Nouvelles du pays, 1893 ; Terre noire, 1904), ses gentilhommières peu à peu livrées à l'abandon (Au hameau, 1892) et surtout les splendeurs de la « zone tempérée » de la Russie (Les Pommes Antonov, 1900 ; Les Pins, 1901). Bounine, ami de Tchekhov – l'une de ses trois « i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOUNINE IVAN (1870-1953)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Fertilité de l'exil »  : […] Le bilan de la littérature russe en émigration est extrêmement varié. Les ouvrages de référence et de synthèse sont assez rares : avant tout, Littérature russe en exil de Gleb Struve (parue en 1956) et l'ouvrage bibliographique de Lindmila Foster (1980). « Lorsque Bounine devint prisonnier, quoique volontaire, de la terre étrangère, il s'avéra qu'il ne pouvait écrire et pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1149

Pour citer l’article

Jean BONAMOUR, « BOUNINE IVAN - (1870-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-bounine/