ITŌ HIROBUMI (1841-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un valet attaché aux armées seigneuriales de Chōshū, Itō Hirobumi ne fut reconnu comme officier qu'en 1863. Il fut disciple de Yoshide Shōin, qui fut l'éducateur de la plupart des réformateurs issus de Chōshū, des premières années de Meiji. Parti clandestinement faire des études à Londres avec quatre compagnons, il revint précipitamment au Japon pour tenter d'empêcher, mais sans succès, l'intervention de la flotte alliée des puissances occidentales contre Shimonoseki, en 1864. Il demeura relativement effacé, jusqu'au changement de régime de 1868. Membre du collège inférieur de l'exécutif du premier gouvernement Meiji, il fut nommé préfet du département de Hyōgo, après avoir occupé un poste au ministère des Affaires étrangères, puis promu vice-ministre auxiliaire des Finances et des Affaires du peuple. Ensuite, il partit faire des études d'économie politique aux États-Unis, de 1870 à 1871. À cette époque, son projet de réforme monétaire fut adopté par le gouvernement : Itō compte ainsi parmi les fondateurs de la nouvelle unité monétaire japonaise, le yen. De 1871 à 1873, Itō accompagna la délégation d'Iwakura Tomomi, la première ambassade envoyée par le gouvernement de Meiji aux États-Unis et en Europe. Il revint dans son pays convaincu de la nécessité de moderniser le Japon : conseiller du gouvernement et ministre de l'Industrie, il fut le véritable bras droit d'Ōkubo Toshimichi. Après l'assassinat de celui-ci, il lui succéda au poste de ministre de l'Intérieur et devint le chef de fait du gouvernement. En désaccord avec son collaborateur Ōkuma Shigenobu sur l'opportunité d'instaurer immédiatement un régime constitutionnel et parlementaire, il le fit destituer du pouvoir en 1881, tout en obtenant de la cour impériale une déclaration promettant la convocation de la Diète pour 1890. De 1882 à 1883, il se rendit en Allemagne et en Autriche pour suivre des cours de droit, afin de préparer la rédaction de la première Constitution japonaise. De retour à Tōkyō, il se consacra à la remise en ordre du nouveau régime impérial : il [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ITO HIROBUMI (1841-1909)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Meiji »  : […] Le véritable artisan de la modernisation, telle qu'elle fut conçue sous Meiji, fut Itō Hirobumi (1841-1909). Issu d'une modeste famille de bushi de Chōshū, il se spécialisa dans l'économie politique, voyagea aux États-Unis et en Europe, et fut le bras droit d'Ōkubo. Il accorda la priorité à l'industrialisation du Japon. Dans les années 1880, les finances furent mises en ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24468

SEIYŪKAI

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Parti politique japonais, dont le nom complet est Rikken Seiyūkai, c'est-à-dire Association constitutionnaliste des amis de la politique (1900-1940). Fondée par Itō Hirobumi, la Seiyūkai est issue des mêmes origines que le Minseitō. Lorsque la tentative d'un gouvernement que soutenait le parti constitutionnaliste unique, animé par Ōkuma Shigenobu et Itagaki Taisuke, échoua en 1898, Itō conçut l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seiyukai/#i_24468

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, « ITŌ HIROBUMI (1841-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ito-hirobumi/