ISOGAMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le cas où, chez une espèce vivante, la fécondation a lieu à partir de la rencontre de deux gamètes mobiles, on parle d'isogamie ou d'anisogamie selon que ces gamètes sont égaux et semblables ou dissemblables. Par exemple, chez les algues brunes, il y a isogamie pour l'ectocarpus et anisogamie pour la cutlérie ; ou bien, chez les algues vertes, respectivement pour le chlamydomonas ou l'ulve, et pour le genre codium. Chez les protozoaires, on trouve l'isogamie chez les foraminifères (tout au moins du point de vue morphologique, car les gamètes ne s'unissent que s'ils sont de provenances distinctes, ce qui laisse supposer des différences physiologiques discrètes), et l'anisogamie chez les sporozoaires, auxquels appartient, entre autres parasites, l'agent du paludisme.

—  Jacques DAUTA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ISOGAMIE  » est également traité dans :

ZOOGAMÈTES

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 286 mots

Encore appelés planogamètes (du grec planod = vagabond), ce sont des gamètes mobiles grâce à un appareil locomoteur à un ou plusieurs flagelles ; comme les zoospores, ils sont dépourvus de paroi squelettique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoogametes/#i_2162

Pour citer l’article

Jacques DAUTA, « ISOGAMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isogamie/