Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ISOGAMIE

Dans le cas où, chez une espèce vivante, la fécondation a lieu à partir de la rencontre de deux gamètes mobiles, on parle d'isogamie ou d'anisogamie selon que ces gamètes sont égaux et semblables ou dissemblables. Par exemple, chez les algues brunes, il y a isogamie pour l'ectocarpus et anisogamie pour la cutlérie ; ou bien, chez les algues vertes, respectivement pour le chlamydomonas ou l'ulve, et pour le genre codium. Chez les protozoaires, on trouve l'isogamie chez les foraminifères (tout au moins du point de vue morphologique, car les gamètes ne s'unissent que s'ils sont de provenances distinctes, ce qui laisse supposer des différences physiologiques discrètes), et l'anisogamie chez les sporozoaires, auxquels appartient, entre autres parasites, l'agent du paludisme.

— Jacques DAUTA

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques DAUTA. ISOGAMIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ZOOGAMÈTES

    • Écrit par
    • 285 mots

    Encore appelés planogamètes (du grec planod = vagabond), ce sont des gamètes mobiles grâce à un appareil locomoteur à un ou plusieurs flagelles ; comme les zoospores, ils sont dépourvus de paroi squelettique.

    Totalement absents chez les Végétaux supérieurs (Spermaphytes), ils sont,...