IRADJ MIRZĀ (1874/75-1926)

Membre de la branche cadette de la famille royale des Qadjar, le poète persan Iradj Mirzā reçoit une excellente éducation qui lui donne une parfaite maîtrise de l'arabe et du français ; de plus, il est familier de l'anglais et du russe. Il se trouve placé au confluent des cultures orientale et occidentale. Il accepte quelque temps de remplir les fonctions de poète officiel, mais sa nature calme et simple, qui affectionne surtout le ton familier, le fait bientôt renoncer aux mondanités : un poste de fonctionnaire le laisse à l'écart des tourbillons et des intrigues compliquées de la cour. Gagné, par sa formation et plus tard par ses goûts, aux idées occidentales, il introduit par ses vers des thèmes nouveaux dans la poésie iranienne : justice sociale, condition de la femme. Ce dernier thème, important dans son œuvre, est illustré par un poème célèbre : Le Livre du voile.

—  Philippe OUANNÈS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  IRADJ MIRZA (1874/75-1926)  » est également traité dans :

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rumi, Omar Khayyâm, Hâfez »  : […] Pour Rumi, au xiii e  siècle, la poésie est la voix de la lyre, mais celle-ci est, en son temps, le rebec médiéval et surtout la flûte de roseau, le ney , dont Rumi écrit que le son « est du feu, non du vent ». Aussi, dans l'ordre qu'il a fondé, celui des «  derviches tourneurs », pour le samâ‘ (qu'Eva M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_15349

Pour citer l’article

Philippe OUANNÈS, « IRADJ MIRZĀ (1874/75-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iradj-mirza/