INTERVENTION SOVIÉTIQUE EN AFGHANISTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : Occupation soviétique de Kaboul

Occupation soviétique de Kaboul

Une colonne de véhicules blindés et de camions de l'armée soviétique arrive dans Kaboul sous la neige, le 30 janvier 1980, pour renforcer l'organisation militaire russe. Depuis le 27 décembre 1979, l'armée soviétique est entrée dans la capitale afghane et a installé au pouvoir un... 

Afficher

Décidée à soutenir un gouvernement communiste luttant contre une guérilla d'inspiration musulmane, dans un pays frontalier qu'elle juge indispensable à sa sécurité, mais aussi inquiète devant la vague islamique qui vient de l'emporter en Iran, l'Union soviétique tire prétexte du traité soviéto-afghan de 1978 pour envoyer, un an plus tard, un corps expéditionnaire qui occupe bientôt la capitale, Kaboul, et les axes stratégiques afghans. Mais cette opération se transforme vite en une déconfiture militaire et diplomatique. Condamnée par l'O.N.U., puis par les pays musulmans (janvier 1980), l'U.R.S.S. subit de lourdes mesures de rétorsion (embargo américain sur les ventes de céréales et d'équipements de technologie, boycottage des jeux Olympiques de Moscou de 1980), perd définitivement les derniers restes de son image progressiste, pacifiste et tiers-mondiste et, surtout, voit sa puissante armée tenue en échec, à l'image de celle des États-Unis au Vietnam, par une guérilla sous-équipée. L'intervention soviétique offre aux Américains, qui soutiennent les moudjahidines, la possibilité de renforcer leur présence militaire et diplomatique en Asie, en se rapprochant notamment de la Chine. La durée (dix ans) de cette intervention et son coût épuisent en outre économiquement et moralement l'Union soviétique et contribuent à son proche effondrement.

—  Vincent GOURDON

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Le président américain Joe Biden avertit les dirigeants talibans que « toute action de leur part sur le terrain en Afghanistan, qui mettrait en danger le personnel américain […], se heurtera à une réponse militaire américaine rapide et forte ». Le 15, les talibans entrent dans Kaboul et s’emparent du pouvoir dont ils avaient été chassés par l’intervention américaine en novembre 2001. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2001 Afghanistan – États-Unis. Intervention militaire en Afghanistan et contamination par la maladie du charbon aux États-Unis

Le 26, les talibans capturent et exécutent le commandant Abdul Haq, héros de la résistance afghane à l'occupation soviétique, qui tentait de convaincre les chefs de tribus pachtounes de rompre avec le régime de Kaboul. Le 30, Donald Rumsfeld confirme la présence de commandos américains dans le nord de l'Afghanistan, pour des « besoins de liaison ». […] Lire la suite

10-15 novembre 1991 Afghanistan – U.R.S.S. Premiers entretiens entre Moscou et la résistance afghane

Pour la première fois depuis l'intervention de l'Armée rouge en 1979, une délégation de moudjahidins afghans opposés au régime pro-soviétique de Kaboul engage des discussions avec les autorités soviétiques et russes à Moscou. Mais cette délégation ne représente que quatre des sept factions de la résistance « extérieure » réfugiées à Peshawar, au Pakistan : les mouvements les plus intransigeants ne sont pas représentés. […] Lire la suite

23-31 octobre 1989 États-Unis – U.R.S.S. Annonce d'un sommet américano-soviétique

Le 23, dans un discours devant le Soviet suprême, le ministre soviétique des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze critique vivement certaines décisions de l'ancienne direction de l'U.R.S.S., en particulier l'intervention en Afghanistan, « violation grossière des normes morales et des valeurs communes de l'humanité » et la construction du radar de Krasnoïarsk, « violation ouverte » du traité A. […] Lire la suite

7-14 avril 1988 U.R.S.S. – Afghanistan. Signature à Genève de l'accord sur le retrait des troupes soviétiques

Le 14 a lieu à Genève la signature de l'accord sur le retrait des troupes soviétiques, en présence des ministres des Affaires étrangères afghan, pakistanais, américain et soviétique, ainsi que du secrétaire général de l'O.N.U. L'accord comporte deux déclarations signées par l'Afghanistan et le Pakistan sur « la non-interférence et la non-intervention » et sur « le retour volontaire des réfugiés », une déclaration signée par les États-Unis et l'U. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincent GOURDON, « INTERVENTION SOVIÉTIQUE EN AFGHANISTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-sovietique-en-afghanistan/