INSTITUT NATIONAL D'HISTOIRE DE L'ART (INHA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Allier patrimoine et recherche

En 1999 est créée l’Association de préfiguration de l’INHA, dont la présidence est confiée à l’archéologue Alain Schnapp, qui lance les premières manifestations concrètes de l’Institut et commence à recruter des équipes. Cette association laisse bientôt la place à l’INHA en tant que tel, créé par décret le 14 juillet 2001 sous la forme d’un établissement public placé sous la tutelle conjointe des ministères chargés de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Culture. Cet établissement est installé à la fois sur le site Richelieu et sur le site adjacent de la galerie Colbert. Il comprend une bibliothèque et un centre de recherches qui embrassent toutes les dimensions de l’histoire de l’art, y compris celles qui touchent à des disciplines connexes comme l’archéologie et les arts du spectacle, et gère le site Colbert où il accueille dans une « maison » commune – selon les vœux de Chastel – l’Institut national du patrimoine, des laboratoires de recherche, des sociétés savantes, des revues et les enseignements de master et de doctorat en histoire de l’art des universités d’Île-de-France. Ses objets ne sont limités ni chronologiquement ni géographiquement, faisant droit à toutes les tendances de la discipline et dépassant le « morcellement administratif et disciplinaire » propre à la France dans ce domaine. La bibliothèque a trouvé en 2016 sa localisation définitive dans la salle Labrouste, ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale, créée entre 1859 et 1868 par l’architecte dont elle porte le nom, et dans le magasin central attenant : devenue la plus grande bibliothèque d’histoire de l’art au monde, elle réunit les collections de la BAA et de la BCMN ; elle intègre également celles des Archives de la critique d’art, qui demeurent à Rennes.

Salle Labrouste, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Photographie : Salle Labrouste, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Depuis le 15 décembre 2016, la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art accueille ses lecteurs sur le site de la BNF-Richelieu, au sein de la salle Labrouste. Ce lieu historique, créé par Henri Labrouste en 1860 et entièrement restauré, met à la disposition des étudiants... 

Crédits : © INHA, photo Laszlo Horvath

Afficher

Les programmes de recherche, sans « se substituer aux équipes de recherche et aux centres de documentation existants […] ouvrent de nouveaux champs d’investigation et fournissent de nouveaux instruments de travail à l’ensemble de la communauté des chercheurs » (Nouvelles de l’INHA, mars 2000), y compris à partir de l’étude des collections de l’INHA. Ils sont menés par des équipes constituées d’universitaires, de conservateurs du patrimoine et de personnels du CNRS, assistés de doctorants dont ils assurent la formation. L’INHA exerce une triple mission, au niveau national aussi bien qu’international : l’accroissement des connaissances dans le domaine de l’histoire de l’art et du patrimoine, leur diffusion (y compris par la formation), et la gestion et l’enrichissement de sa bibliothèque, au service d’une large communauté. Ses initiatives publiques – notamment le Festival de l’histoire de l’art (créé en 2010), dont il assure la direction scientifique – répondent à la prise de conscience que l’histoire de l’art pourrait et devrait être un véritable outil citoyen.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art, École normale supérieure de Lyon, directeur de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris

Classification

Autres références

«  INSTITUT NATIONAL D'HISTOIRE DE L'ART (INHA)  » est également traité dans :

CHASTEL ANDRÉ (1912-1990)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 1 362 mots

Dans le chapitre « Des exigences nouvelles »  : […] Les travaux scientifiques d'André Chastel lui ont valu une célébrité nationale et internationale dont témoignent, entre autres, son élection à l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres) en 1975, l'invitation qui lui fut faite de donner à Washington les Mellon Lectures de 1977 (d'où est issu Le Sac de Rome , 1984) ou sa nomination à la présidence du Centro internazionale di studi di a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric de CHASSEY, « INSTITUT NATIONAL D'HISTOIRE DE L'ART (INHA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/institut-national-d-histoire-de-l-art-inha/