INDEPENDANCE (R. Ford)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1944 à Jackson (Mississippi), Richard Ford n'est pas « sudiste » de souche ; sa famille venait de l'Illinois ; son père était voyageur de commerce et Jackson se trouvait sur le trajet de sa tournée. Ce père itinérant, ce père « presque jamais là », est mort lorsque le jeune Richard n'avait que seize ans. « Il n'a pas vraiment eu le temps de me transmettre grand-chose. » Richard Ford, pour sa part, n'a pas d'enfants. Publié en 1996, Indépendance (traduit par Suzanne Mayoux, éditions de l'Olivier) est l'émouvant roman d'un père fuyant mais qui, maladroitement, essaie quand même de transmettre quelque chose à son fils adolescent.

Richard Ford

Richard Ford

Photographie

Dans ses romans et ses nouvelles, Richard Ford se fait le chroniqueur d'une Amérique en errance. Le déracinement est la loi, poussant ses personnages à un éternel passage des frontières. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

La plupart des gens, a écrit Thoreau, mènent des vies de « quiète désespérance ». Il y a sept ans, lors de son divorce, Frank Bascombe a connu une période de « turbulences », évoquée dans un précédent roman, Un Week-End dans le Michigan. Aujourd'hui, il a quarante-quatre ans. Au mieux, le milieu du chemin de la vie. La vie qui passe, qui a passé, avec une traînée de regrets : l'amour qu'on a bêtement laissé se défaire, les bonheurs évanouis sans qu'on y ait vraiment goûté. Naguère encore, chaque 4 juillet était le signal d'un « réveil » : l'été flamboyait. Plus rien de tel aujourd'hui. Frank a atteint un stade où plus rien ne le touche vraiment, un âge où, spasmodiquement, on voudrait encore s'arracher à l'ornière, « changer la vie », alors qu'il est trop tard. On ne saurait dater précisément la chose ; on ne s'est aperçu de rien, mais on se comporte comme si on était déjà mort. « Les diverses manières dont ta vie t'échappe, c'est ça, la vie. »

Lorsqu'on l'a rencontré dans Un week-end dans le Michigan, Frank Bascombe était journaliste sportif et habitait déjà Haddam, une banlieue, dans le New Jersey. Pas une banlieue sinistrée, mais une petite ville, un quartier ouvrier, en partie noir, plutôt coquet avec ses hortensias roses et bleus pour masquer les compteurs à gaz. La « banlieue », c'est aussi un peu le thème de ce nouveau livre : chacun y vit « indépendant », enfermé dans sa maison comme d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « INDEPENDANCE (R. Ford) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/independance/